A Lomé, SMPDD lance officiellement le programme de réinsertion des enfants en conflit avec la loi

AccueilSociale

A Lomé, SMPDD lance officiellement le programme de réinsertion des enfants en conflit avec la loi

La journée internationale des droits de l'enfant est la date de l'adoption de la Convention internationale des droits de l'enfant, le 20 novembre 198

COVID-19: La CNDH salue l’ensemble de ces mesures, intervient auprès de l’administration publique pour faire cesser les violations, faire procéder à des réparations et invite au strict respect des mesures barrières.
Éducation : Délali Ocloo et la médicine naturelle donnent sourire aux enfants nécessiteux à Tsévié.
Éternels accidents sur les routes : Après la carotte, de l’urgence d’utiliser le bâton

La journée internationale des droits de l’enfant est la date de l’adoption de la Convention internationale des droits de l’enfant, le 20 novembre 1989, par la résolution 44/25 de l’Assemblée générale des Nations unies.

Depuis 1990, la Journée mondiale de l’enfance marque également l’anniversaire de l’adoption la Déclaration et de la Convention relative aux droits de l’enfant. Pour cet 20 novembre 2022, le thème retenu était : « L’inclusion, pour chaque enfant. »

Cette année, à l’occasion de la Journée mondiale de l’enfance, la Solidarité Mondiale pour les Personnes Démunies et les Détenus (SMPDD) en collaboration avec l’association française Evit Bugale Ar Bed (EBB) lancent officiellement le programme de réinsertion des enfants en conflit avec la loi ce mardi 22 novembre 2022 au Centre d’accès au droit et à la justice pour enfants (CADJE).

Le programme permet d’accompagner les enfants libérés afin de leur éviter tous les risques de récidive. Asseoir une stratégie de réinsertion durable des enfants en conflit avec la loi, en luttant contre la récidive des mineurs, la surpopulation des Centre d’accès au droit et à la justice pour enfants, et la délinquance juvénile.

Le programme « Enfants en conflit avec la loi/ privés de liberté » Depuis quelques années, SMPDD mène une action multiforme en faveur des mineurs en conflit avec la loi. Il s’agit de l’appui pour l’amélioration des conditions de détention des mineurs, pour leur prise en charge psychosociale, pour une assistance juridique et pour leur réinsertion sociale (familiale, scolaire ou professionnelle).

Le ministre de la Justice a félicité le SMPDD et son président, Koffi Coco pour cette initiative qui vient appuyer les efforts du gouvernement en matière de protection du droit de l’enfant.

« C’est un plus pour le programme de réinsertion qu’incorpore le ministère de la Justice dans son programme. Les lieux de détention ne fabriquent pas des délinquants. Ils doivent plutôt fabriquer des enfants épanouis, propres à contribuer à l’éducation de la nation. Parce que ce qui est arrivé à ces enfants est un accident et il faudrait transformer le mal en bien. C’est l’objectif que poursuit ce programme à qui je m’associe parfaitement », a-t-il laissé entendre

« Nous saluons cette initiative au profit des enfants en conflit avec la loi dans notre pays. Le ministère de la Justice sera disponible et accompagnera ce projet de maison de la réinsertion lancé par la SMPDD et qui apportera un appui considérable aux efforts du gouvernement », a précisé le Ministre.

Le guide de bonnes pratiques pour la protection des mineurs en conflit avec la loi concentre l’ensemble des réponses aux besoins de la recherche d’informations et d’orientation auxquelles sont confrontés non seulement les divers intervenants dans la prise en charge et la réinsertion des enfants en conflit avec la loi, mais aussi toutes les citoyennes et tous les citoyens, parents ou non, appelés à protéger les enfants conformément aux instruments juridiques internationaux, régionaux et nationaux les concernant.

Le PRECL met également en place, une maison de réinsertion devant abriter des enfants libérés des CADJE. Pour Egnonam Agloh, psychologue et Chargée du projet à la SMPDD, « Ce projet consistera à étudier chaque enfant placé au CADJE. Il s’agira d’évaluer les difficultés auxquelles ils font face afin de savoir quelle solution adéquate apporter individuellement à eux tous pour qu’ils soient effectivement insérés. Le projet va jouer une médiation entre les enfants qui ont des difficultés avec leurs parents pour une bonne réinsertion et trouver des familles d’accueil pour ceux qui n’ont pas de parents. Pour les enfants sans parents, le projet leur réserve une maison d’insertion. Ils seront accompagnés psychologiquement et seront préparés à intégrer des familles d’accueil .»

Longtemps engagée aux côtés d’ex-détenus majeurs pour une facile réintégration de ces derniers dans la société, Solidarité Mondiale pour les Personnes Démunies et les Détenus (SMPDD) se tourne désormais vers les enfants en conflit avec la loi du Centre d’Accès au Droit et à la Justice pour Enfants (CADJE). Il est prévu pour une durée de trois ans et couvrira la période 2023-2026.

error: Le contenu est protégé !!