ABUS DE POUVOIR : le directeur du grand marché D’ADAWLATO  suspend 17 femmes  d’activités

AccueilSociale

ABUS DE POUVOIR : le directeur du grand marché D’ADAWLATO suspend 17 femmes d’activités

Chers lecteurs, suite à la publication de cet article titré ABUS DE POUVOIR : LE DIRECTEUR DU GRAND MARCHÉ D'ADAWLATO SUSPEND 17 FEMMES D'ACTIVITÉS,

APLC et HAPLUCIA : Deux institutions, deux méthodes
La Tribune De La Semaine De Maryse QUASHIE Et Roger E. FOLIKOUE: « Le temps est de notre côté, car on ne pourra pas tout le temps nous prendre pour des personnes qui ne réfléchissent pas. »
Au Bénin, les sachets plastiques sont désormais interdits, En novembre 2017, les députés béninois avaient voté à l’unanimité l’interdiction de l’utilisation des sacs plastiques.

Chers lecteurs, suite à la publication de cet article titré ABUS DE POUVOIR : LE DIRECTEUR DU GRAND MARCHÉ D’ADAWLATO SUSPEND 17 FEMMES D’ACTIVITÉS, le journaliste viens d’être informé par son Directeur de Publication que le Directeur du marché souhaite le rencontrer la semaine prochaine. Quoi qu’il advienne, nous vous tiendront informé des suites.

Une nouvelle qui laisse les femmes en pleurs. Par une note adressée à elles, l’administration du marché suspend pour une période d’une durée d’un mois, 17 femmes d’activités commerciales au grand marché de Lomé (côté abattoir.)

La raison est aussi futile. On les reprocherait le droit de choisir elles mêmes leurs portefaix (chargeurs). L’administration marchéage proposerait des chargeurs que les commerçantes seraient obligées d’accepter.

Si la dictature consiste à imposer de force une mode de gouvernance, la démocratie laisse la liberté aux citoyens de décider pour eux.

Cette attitude des autorités en gestion du marché D’ADAWLATO doit indigner toutes les organisations féminines à travers le monde et appeler au rétablissement sans délai dans leur droit légitime.

Au Togo, ce sont les femmes qui maintiennent debout l’économie et font vivre les familles, les hommes étant atteint par un fort taux de chômage et moins nombreux dans les commerces de proximités.

En plus, une femme au marché, c’est 10 voir 20 personnes qu’elle fait vivre directement. 17 femmes suspendues, c’est plusieurs centaines de nos concitoyens privés de nourriture.

Il faut dire que les femmes du Togo souffrent beaucoup. Dernièrement, ce sont les principaux marchés du pays qui ont été incendiés par les criminels.

Contacté par les soins du mouvement Martin Luther King auprès duquel les femmes se seraient plainte, le responsable du marché serait en pleine festivités traditionnelles à l’intérieur du pays et ne saurait donner suite avant son retour.

Nos mamans restent nos mamans, ne leurs faites pas du mal, lundi, nous voulons les voir toutes au marché.

Yawo KLOUSSE Source ar7medias.com

error: Le contenu est protégé !!