Adjamagbo et Djossou jetés en prison: Faure inaugure une nouvelle ère de sa dictature.

AccueilPolitique

Adjamagbo et Djossou jetés en prison: Faure inaugure une nouvelle ère de sa dictature.

Au Togo, la Dynamique Mgr Kpodzro en abrégé, DMK s'indigne de l'arrestation, puis de la détention de deux de ses responsables, Brigitte Kafui Adjamag

Forces du Consensus Démocratique: « 2020; l’année de la victoire du peuple togolais et non d’un clan contre un autre, la lutte qui va reprendre ne s’arrêtera qu’avec la victoire du peuple. »
Et si les autorités déclaraient annuellement leurs impôts ?
Malgré l’installation du câble sous-marin « Equiano » de Google : Le haut débit togolais pose question

Au Togo, la Dynamique Mgr Kpodzro en abrégé, DMK s’indigne de l’arrestation, puis de la détention de deux de ses responsables, Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson et Gérard Dodzi Djossou, respectivement coordonnatrice et chargé des questions sociale et des Droits de l’homme de ce regroupement de partis d’opposition. Il demande qu’ils soient relaxés.

La Dynamique Monseigneur Kpodzro (DMK) s’indigne de la décision inique du Procureur de la République et du Doyen des Juges d’instruction de jeter en prison Mme Brigitte Kafui ADJAMAGBO- JOHNSON et M. Gérard Dodzi DJOSSOU.

En effet, très tard dans la nuit du 4 au 5 décembre 2020, le peuple Togolais en général et les membres de la Dynamique Monseigneur Kpodzro (DMK) en particulier ont appris avec consternation et une grande indignation la décision inique du Procureur de la République et du Doyen des Juges d’instruction de déposer en prison les deux responsables de la DMK arrêtés les 27 et 28 novembre 2020 en dépit des vagues de protestations et de
condamnations exprimées à travers le monde entier suite à leurs arrestations qui ne peuvent se justifier et malgré les multiples efforts de leurs avocats à démontrer le caractère fallacieux de l’accusation et la légèreté du dossier que le procureur de la République tente péniblement de
monter contre eux.

La DMK lève sa vive protestation contre la décision du Procureur de la République et du Doyen des Juges d’instruction qui ne sont que des injonctions du pouvoir dictatorial Togolais dans le but de faire taire la DMK qui réclame sa victoire à lui confiée par le peuple dans les urnes le 22 février 2020.

La DMK s’étonne du silence des diplomates accrédités au Togo devant cette énième violation flagrante des droits des citoyens surtout des responsables politiques telles que Mme Brigitte Kafui ADJAMAGBO- JOHNSON, Coordinatrice générale et M. Gérard Dodzi DJOSSOU, Responsable des
affaires sociales et des droits de l’homme de la DMK.

La DMK prend le peuple Togolais et la communauté internationale à témoins de ce que le Procureur de la république et le Doyen des Juges d’instruction font de la justice togolaise un instrument de répression et de
harcèlement judiciaire des adversaires politiques et des voix qui tentent d’éclairer l’opinion sur les dérives totalitaires du pouvoir de Faure Gnassingbe.

Elle tiendra pour responsables ces deux personnages de toutes les conséquences qu’entraînerait cette attitude rétrograde de la justice Togolaise à se laisser guider par le pouvoir politique et militaire qui
oppriment le peuple rendant ainsi impossible la réconciliation et le vivre ensemble harmonieux dans notre pays.

La DMK tient à exprimer haut et fort que ses deux responsables politiques inculpés sont innocents et demande expressément leur libération.

La DMK exhorte les autres partis politiques en activité dans le pays, les organisations de la société civile, les responsables des confessions religieuses et toutes les voix autorisées à conseiller Monsieur Faure
Gnassingbe à revenir à la raison pour trouver la meilleure façon de régler le contentieux électoral qui l’oppose au Président démocratiquement élu Dr Gabriel Messan Agbéyomé KODJO et d’éviter ce chemin qui crée davantage de rancœurs et de souffrances au peuple Togolais.


La DMK demande au peuple Togolais de rester serein et mobilisé et attendre le mot d’ordre pour sa libération définitive du joug de la dictature cinquantenaire.

La Conférence des Présidents.