Algérie : Abdelaziz Bouteflika a remis sa démission au Conseil constitutionnel

AccueilPolitique

Algérie : Abdelaziz Bouteflika a remis sa démission au Conseil constitutionnel

Après un mois de manifestations sans précédent, et des dernières pressions de l’armée, Abdelaziz Bouteflika met un terme à vingt années de pouvoirs.

L’autopsie, examen du corps du défunt ZOUMEKEY Kokou Joseph: Enfin les résultats, la vérité ou le mensonge
Lutte contre la vie chère :  Mieux comprendre les dix mesures de Faure Gnassingbé
Chemin de croix pour l’obtention du passeport : Quand un document de voyage, une nécessité ailleurs, devient un luxe au Togo des Gnassingbé

Après un mois de manifestations sans précédent, et des dernières pressions de l’armée, Abdelaziz Bouteflika met un terme à vingt années de pouvoirs.
Envoyer par e-mail
Après vingt ans au pouvoir et plus d’un mois d’une contestation populaire sans précédent, Abdelaziz Bouteflika démissionne. Le président de la République algérienne a informé le Conseil constitutionnel de sa démission « à compter d’aujourd’hui », ont annoncé les médias officiels algériens mardi 2 avril. Sous la pression de la rue, il avait déjà renoncé, en mars, à briguer un cinquième mandat et avait annoncé le report sine die de l’élection présidentielle normalement prévue ce mois-ci. Des annonces qui n’avaient pas suffi à calmer la contestation.
Quelques heures avant cette annonce, le chef d’état-major de l’armée algérienne, le général Ahmed Gaïd Salah, avait demandé que soit « appliquée immédiatement » la procédure constitutionnelle permettant d’écarter le chef de l’État du pouvoir. Dans un communiqué, l’armée algérienne disait considérer comme non authentique le communiqué présidentiel du 1er avril annonçant la démission du président Abdelaziz Bouteflika avant la fin de son mandat, estimant qu’il n’émanait pas du chef de l’État mais « d’entités non constitutionnelles et non habilitées », sans plus de précisions.
Le général Gaïd Salah, longtemps un fidèle du président Bouteflika, fustigeait ensuite « l’entêtement, la tergiversation et la sournoiserie de certains individus qui œuvrent à faire perdurer la crise et la rendre plus complexe ». Ces individus ont pour « seul souci la préservation de leurs intérêts personnels étroits », ajoutait-il, dans ce qui semble être une attaque contre l’entourage proche du président Bouteflika.
L’armée a pour « unique ambition » de « protéger le peuple d’une poignée de personnes qui s’est indûment accaparée des richesses du peuple algérien » et qui « à l’heure qu’il est (…) s’affaire » à fomenter « des plans douteux, tendant à déstabiliser le pays ». Le chef d’état-major des armées avait déjà réitéré samedi son appel à ce que le Conseil constitutionnel juge le président Bouteflika inapte à diriger le pays. Celui-ci, âgé de 82 ans, est rarement apparu en public depuis son accident vasculaire cérébral en 2013.
La démission annoncée le 1er avril du président algérien, qui quittera son poste avant le 28 avril, date de la fin de son quatrième mandat, est une humiliante capitulation face à une population en révolte depuis la fin février. Le mouvement de protestation le plus important des deux dernières décennies en Algérie a poussé des dizaines de milliers de personnes dans les rues pour exprimer leur opposition à un cinquième mandat d’Abdelaziz Bouteflika.

error: Le contenu est protégé !!