Assassinat des élèves à Dapaong : 7 ans après, la SEET demande des comptes des enquêtes

AccueilSociale

Assassinat des élèves à Dapaong : 7 ans après, la SEET demande des comptes des enquêtes

Anselme SINANDARE et Douti SINALENGUE, deux jeunes élèves tués par la Police à Dapaong, l'un par balle, l'autre par bastonnade. Sept (07) ans après c

Les enseignants accusent 11 mois d’arriérés de salaire de l’employeur, l’État togolais dénudé ce matin
Me Sylvain ATTO-MENSAH: « LAISSEZ LES GENS MANIFESTER DU 1er JANVIER AU 31 DÉCEMBRE »
La pandémie de «Coronavirus» a mis à Terre 6 entrepreneurs outillés pour pitcher leur business et lever les fonds le 21 mars 2020 à l’hôtel EDA OBA

Anselme SINANDARE et Douti SINALENGUE, deux jeunes élèves tués par la Police à Dapaong, l’un par balle, l’autre par bastonnade. Sept (07) ans après ce crime, aucun rapport d’enquête pour situer les responsabilités. La Synergie des Élèves et Étudiants du Togo (SEET) s’en offusque et demande des comptes.

Déclaration à l’occasion de la commémoration du 7ém anniversaire de l’assassinat des élèves de Dapaong par la police togolaise.

« Sept ans de crime d’état contre les élèves, trop c’est trop ! »

Cela fait sept ans, jours pour jours que deux de nos camarades ont trouvé la mort lors d’une manifestation pacifique des élèves sur toute l’étendue du territoire pour exiger du gouvernement la reprise des cours.

Tout comme dans les autres régions et préfectures du pays, les élèves de Dapaong ont envahi la rue et c’est au niveau du commissariat de Dapaong que le Commissaire avait donné l’ordre de lancer des gaz lacrymogène contre les étudiants à mains nues. C’est ainsi que le camarade ANSELME SINANDARE, âgé de onze ans a été fauché sans pitié par la police nationale.

Dans la foulée, DOUTI SINALENGUE, âgé de dix sept ans était tombé dans le caniveau, c’est ainsi que comme de coutume dans un état de crimes de sang, les policiers l’ont arrêté, bastonné, piétiné sa tête et son ventre avec des coups de pied. À la suite de ces traitements cruel inhumain et dégradant que l’élève DOUTI a rendu l’âme à l’hôpital où il allait être opéré.

En lieu et place de reconnaître le crime d’État commis sur ces élèves, le gouvernement togolais niait sa responsabilité criminelle sur la mort de DOUTI et soutenait qu’il serait décédé d’une infection.

Après sept ans de cet événement, la Synergie des Élèves et Étudiants du Togo (SEET) note avec regret la volonté du gouvernement de faire régner l’impunité sur l’assassinat de nos camarades et exige l’arrestation de ceux qui ont ordonné l’exécution des élèves.

En marge de cette commémoration, nous avons une pensée à tous les élèves et étudiants victimes d’assassinat notamment, Kossi Amégno ADOULE, Kokouvi Rodrigue AFOTOGBE et Yao Mawoussi NOUMOULEY qui ont été assassinés au Maroc le 05 septembre 2019 avant d’être jeté dans la mer.

Par ailleurs, la SEET invite les élèves et étudiants à prendre conscience de la situation inquiétante des droits de l’homme au Togo qui va de mal en pire et en appel à une organisation solide des acteurs de la société civile pour faire face au défi car notre pays est pris en otage par des individus qui vivent des crimes.

La SEET exige du gouvernement pour finir, la vérité et justice à tous les élèves et étudiants assassinés et demande l’application des sanctions aux auteurs de ses actes qui narguent à ciel ouvert le peuple togolais.

Vérité et justice à Amselne SINANDARE !
Vérité et justice à DOUTI SINALENGUE !
Vérité et justice à ADOULE Kossi Amegno !
Vérité et justice à AFOTOGBE Kokouvi Rodrigue !
Vérité et justice NOUMOULEY Yao Mawussi !

Lomé, le 15 avril 2020

Le Bureau Exécutif National

error: Le contenu est protégé !!