Au total 30 détenus évadés à la Prison Civile de Dapaong.

AccueilInterview

Au total 30 détenus évadés à la Prison Civile de Dapaong.

30 détenus évadés à la Prison Civile de Dapaong. 12 ont été rattrapés reste 18 toujours dans la nature rechercher par les forces de Police. L'

Roger Ekoué FOLIKOUE: « La sagesse togolaise dans une des langues, Ewé, «AMEWOUHO»; Et si tel n’est pas le cas, de quoi et de qui sont-ils les avocats ?
Ambroise DAGNON: « Il est grand temps que cessent toutes ces humiliations régulièrement infligées aux journalistes togolais. »
QU’EST-CE QUI PEUT RÉJOUIR UN TOGOLAIS DANS LA SITUATION ACTUELLE ?

30 détenus évadés à la Prison Civile de Dapaong.
12 ont été rattrapés reste 18 toujours dans la nature rechercher par les forces de Police.


L’évasion (planifié certainement par des détenus) a eu lieu dans la soirée du lundi 18 Mars 2019 pendant que les SAP s’apprêtaient à procéder à la vérification des effectifs puis au verrouillage des cellules.

Les recherches sont organisées par l’ensemble des forces de Police et des SAP appuyé par les FDS pour pouvoir remettre la main sur ces fugitifs qui pour certains étaient incarcéré pour des faits de bracages.
Il m’a été signalé par certains Agents sorti pour la traque des fugitifs, que les populations n’ont pas véritablement coopéré pour faciliter l’arrestation du plus grand nombre.

Connaissant correctement la prison civile de Dapaong, je peux affirmer sans doute de me tromper que les SAP travaillent dans des conditions difficiles avec un effectif très insuffisant (en ce qui concerne la prison civile de Dapaong) avec un lieu de détention ne respectant aucune règle de sécurité pour les Surveillants (es). La prison civile de Dapaong n’est même pas clôturé. Allez-y imaginer et comprendre la pression que cette situation peut avoir sur les Surveillants
Certaines fois des Agents passent 72h d’affilée au service avec un repos inférieur à 24h.
Les SAP, comme je n’hésite pas à le leurs dire, sont plus détenus que les détenus car ils ne sont pas mieux lotis que leurs détenus sur qui ils veillent. Dans cette évasion, des Surveillants présent auraient pu perdre la vie. Trois (03) d’entre eux ont été sérieusement « bousculé » par les fuyards mais ont eu la force et le courage de se relever et aller dans l’état où ils étaient à leur poursuite.
A qui la faute ?
Ma réponse peut ne pas être la vôtre, mais à mon humble avis, c’est leur Ministère de Tutelle et toute leur hiérarchie supérieure qui depuis la création de ce corps des SAP, ne renouvelle pas les effectifs du personnel malgré la population croissante des lieux de détentions au Togo.
Avant de demander des résultats à votre employé, collaborateur ou même à votre enfant, il faut lui donner les moyens pour y parvenir.

Courage à l’ensemble des SAP de la prison civile de Dapaong et aux FP/FDS sollicitées pour rattraper les fugitifs. Félicitations aux SAP qui étaient de service quand l’incident s’est produit.

Frédéric Nadiédjoa SANWOGOU

error: Le contenu est protégé !!