Bénin/TALON  – Trois ans de gouvernances : Où en sommes nous avec 29 ans de démocratie acquise ???

AccueilPolitique

Bénin/TALON – Trois ans de gouvernances : Où en sommes nous avec 29 ans de démocratie acquise ???

D 'une part , Tout ce qui se conçoit bien avec ce régime au bénin s'annonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément, il n'y a pas d

Arrestation des membres de la DMK: Le Parti des travailleurs dénonce l’acte ignoble et demande la démission inconditionnelle, immédiate du Chef de l’État
ASVITTO et MCM dénoncent “ l’hypocrisie et le cynisme des puissances occidentales vis-à-vis de l’Afrique noire” du G5
Nouvelle guéguerre entre pouvoir et DMK : A quand la fin de la politique d’épicier ?

D ‘une part , Tout ce qui se conçoit bien avec ce régime au bénin s’annonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément, il n’y a pas de raison qu’on ait des difficultés à l’exprimer.
Avec ce régime , il ne faut pas que les aspects superficiels du pouvoir cachent l’essentiel , qui est le respect de notre dignité et celle des autres.
Nous ne sommes pas dans un état de droit au bénin , état de droit existe dans un pays si et seulement si les institutions et les pouvoirs de la république sont séparés et ne sont jamais influencés par un seul homme .

D’autre part , Peut on croire qu’ en pleine crise préélectorale , le chef de l’État convoque tout les présidents institutions impliqués ou pas pour prendre une décision politique en son faveur .
~Où se trouve alors la séparation des pouvoirs et l’indépendance des institutions ?~
Mais le chef de l’État doit apprendre encore que la monarchie est différente de la république car si tout les pouvoirs sont réunis dans une seule mains , on est dans une nation qui est à la fois une république et paradoxalement une monarchie.
Si le Président Talon utilise aujourd’hui un moyen d’oppression ( dictature ) au même titre que la torture morale et physique du peuple , alors il ignore avec son équipe ( présidents des institutions ) qu’on n’éteint pas le feu avec le feu . On ne brûle pas la dictature mais c’est elle qui brûle et dès qu’on l’a choisie , on ne peut plus s’arrêter . il n’y a pas de forme atténuée , mais des étapes qui s’enchaînent : l’exclusion créé la frustration et entraîne la révolte du peuple.

Et enfin , Le bénin se retrouve aujourd’hui dans le camouflage , un temps révolutionnaire et du bluff : c’est un immonde travesti , un mensonge épais pour couvrir la dictature lavée , le totalitarisme brutal mais insinuant.
Il doit savoir que dans toutes formes de gouvernances , c’est le peuple qui est au delà de tout et il est souverain tel qu’il est inscrit dans notre constitution de 1990.

Tesko Aristo Via DGF-DON »T

error: Le contenu est protégé !!