CARTONS ROUGES AUX AUTORITÉS LOCALES, SERVICE D’HYGIÈNE ET LES VÉTÉRINAIRES DE KPALIMÉ

AccueilSociale

CARTONS ROUGES AUX AUTORITÉS LOCALES, SERVICE D’HYGIÈNE ET LES VÉTÉRINAIRES DE KPALIMÉ

Kpalimé est une ville togolaise, chef-lieu de la préfecture du Kloto, située à 120 kilomètres au nord-ouest de la capitale Lomé, dans la région de

Jimi Hope, chanteur et artiste plasticien togolais a rendu l’âme la nuit du 04 au 05 août 2019 à Paris.
A quand la décentralisation des universités publiques au Togo ?
Togo/Société : « Il est temps pour que les chefs traditionnels, les responsables des CVD et CDQ parlent le même langage pour le développement de notre commune modèle » dixit Togbui Charles Aklobessi 1er

Kpalimé est une ville togolaise, chef-lieu de la préfecture du Kloto, située à 120 kilomètres au nord-ouest de la capitale Lomé, dans la région des plateaux.


C’est une agglomération qui se situe au piémont de la chaîne des monts du Togo dans une plaine d’une altitude moyenne de 200 m et qui est limitée au Nord et à l’Ouest par les monts Kloto et le plateau de Kuma dont les pentes se dressent comme un mur derrière la ville et s’étirent du Sud-Ouest par les collines de Kpadape et à l’Est par le mont Agou

Les paysages des environs sont réputés pour être parmi les plus beaux du pays. Nichée au creux d’une vallée entourée de collines verdoyantes, non loin du mont Agou, la ville est au carrefour des routes qui mènent vers les autres régions du pays et vers le Ghana voisin, situé à quinze kilomètres.

À quelques mètres du carrefour Y ou zone du monument au mort, l’on peut retrouver un abattoir.
L’ abattoir est établissement d’abattage des animaux destinés à la consommation communément appelés boucheries .

L’abattoir de Kpalimé sort totalement des normes. L’on peut apercevoir des solutions épaisses de déchets mélangés au sang, de la terrasse du bâtiment jusque dans les salles dégageant ainsi des odeurs, de telles sorte qu’on ne peut passer sans tenir le nez une fois à ce niveau. Le bâtiment a un aspect de ceux qui datent de l’époque coloniale, sans entretien. À droite du bâtiment, l’on peut voir une fausse non couverte délabrée où l’eau est stockée. Et tenez vous bien, toutes ces installations sont à cinq mètres à peine d’un grand dépotoir.

Quel est le rôle de l’État ?
Quels rôles doivent jouer les services vétérinaires à propos du bien-être animal et des abattoirs?

Quelle est la réglementation en vigueur ?

Les règles de mise à mort doivent faire objet de textes bien vulgarisés.
La réglementation doit confier aux exploitants la responsabilité de prendre toutes les mesures nécessaires afin d’assurer la protection des animaux lors de leur mise à mort, en prenant en compte notamment des meilleures pratiques pour épargner aux animaux toute douleur, détresse ou souffrance sans oublier l’entretien du lieu.
La mission des services vétérinaires au sein des abattoirs doivent comporter deux volets principaux :
la sécurité sanitaire des viandes produites et
la protection des animaux abattus.
Pour assurer cette mission, les services vétérinaires doivent être présents en permanence au sein des établissements d’abattage. Un audit annuel, suivi si nécessaire d’un plan d’action déterminé par l’exploitant,
un contrôle régulier de la surveillance du procédé d’abattage par l’exploitant (contrôles internes efficaces),
des contrôles inopinés en fonctionnement.
Toute non conformité relevée par les services d’inspection doit faire l’objet de mesures administratives ou pénales notamment d’arrêt de fonctionnement de la chaîne, de rappel à la loi ou encore de mise en demeure.


Les ministres en charge de l’agriculture et de la santé, doivent demander aux Préfets de faire réaliser une inspection spécifique sur la protection animale dans tous les abattoirs d’animaux de boucherie de Kpalimé. Ces inspections devraient avoir pour objectif d’évaluer le niveau de maîtrise de la protection des animaux par l’abattoir depuis le déchargement des animaux, jusqu’à leur abattage.


Les audits doivent notamment concerner les points suivants :
la pertinence de l’organisation des professionnels (ex: formation du personnel, procédures et organisation du contrôle interne …),
l’efficacité lors du fonctionnement (vérification de l’efficacité de l’étourdissement, absence de manipulation interdite),
les preuves de maîtrise apportées par le professionnel (enregistrements de la surveillance du processus et de sa vérification).

Patrick NEBADI

error: Le contenu est protégé !!