Ces mots qui dérangent le ministre et nous demande d’aller créer un parti politique:  “Liberté ”, “ Démocratie”, “ État de Droit ”, “Bonne gouvernance” et “ Alternance.”

AccueilSociale

Ces mots qui dérangent le ministre et nous demande d’aller créer un parti politique: “Liberté ”, “ Démocratie”, “ État de Droit ”, “Bonne gouvernance” et “ Alternance.”

Le mouvement "En Aucun Cas" transformé en Front Commun pour le Changement (FCC) de Foly Satchivi était face à la presse ce mercredi 10 février 2021 p

Sextape : “En consentant à 100 rendez-vous sexuel contre une moto, elle contribue à la dévalorisation de la gente féminine ” affirme Ange Gbetsogbe.
Pénurie de sang dans les hôpitaux : Le gouvernement a pris en compte l’une des propositions faites par Ange Gbetsogbe.
MMLK/ Togocell crucifie les petits distributeurs point de vente de crédit ET contribue à la paupérisation de CES couches de notre société.

Le mouvement « En Aucun Cas«  transformé en Front Commun pour le Changement (FCC) de Foly Satchivi était face à la presse ce mercredi 10 février 2021 pour faire par des tribulations que le ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et du Développement des Territoires, Payadowa Boukpessi, pour la création du Front Commun pour le Changement (FCC).

Voici ci-dessous la déclaration de Foly Satchivi:

1- Il y a quelques mois, nous avons estimé qu’il était nécessaire de sortir des sentiers battus pour oser explorer les possibilités qui, à ce jour, sont restées en jachère et, donner, par suite, la direction qu’il fallait à la barque commune qui, de jour en jour, chavire sous le regard passif et impuissant de tous ceux qui aspirent à la Liberté, à la Démocratie et au Changement.

La solution retenue pour parvenir à ces fins était de créer le Front Commun pour le Changement (FCC) dont nous vous avions déjà longuement parlé.

2- Le principe étant retenue, il fallait passer à la phase suivante qui consistait en l’enregistrement de notre structure.
Nous avons fait, à ce niveau, tout ce qui était exigé pour que le Front Commun pour le Changement (FCC) puisse exercer sans difficulté. Malheureusement, nos désirs semblaient heurter la sensibilité du Ministre et de ses collaborateurs qui ont alors décidé de tout faire pour nous empêcher d’user de nos prérogatives constitutionnelles.

Ils ont tout d’abord demandé qu’on enlève les termes “ Liberté ”, “ Démocratie”, “ État de Droit ”, “Bonne gouvernance” et “ Alternance” de nos statuts. Nous avons trouvé la remarque assez dingue. Mais nous nous sommes dit que parfois, il faut accepter de danser sur le rythme de l’adversaire. Nous avons donc géré.
Après, il était question des domaines d’intervention qu’il fallait changer. Là encore, on s’est insurgé. Mais on a encore géré ignorant que le curseur s’est, depuis, déplacé. C’est ainsi qu’après d’autres réactions aussi bizarres les uns que les autres, ils nous déclarèrent que c’est toute la dénomination Front Commun pour le Changement (FCC) qu’il faille changer, à moins que nous acceptons de le transformer en Parti politique.

3- Nous voulons, par la présente, signifier au ministre et à ses collaborateurs que nous n’avons nullement l’intention de créer un Parti politique. Les Togolais sont déjà assez divisés qu’il serait intolérable de les diviser davantage avec une histoire de Parti politique. Notre objectif reste, avant tout, le rassemblement de tous ceux et celles qui veulent le Changement en vue d’exiger une AGGIORNAMENTO GÉNÉRALE (AG) du pays.

S’il advient, un jour, qu’on opte pour cette forme d’association, ce sera uniquement pour ne pas paraître illégal. Mais nous n’en sommes pas encore là.

4- Le Comité Exécutif Provisoire du FCC voudrait également saisir cette occasion pour demander à la population de ne pas se laisser décourager par les sirènes qui retentissent depuis un temps. Plus obscur est la nuit, plus proche est le jour. Demain ne sent pas bon mais demain nous appartient. Nous en serons les artisans.
Nous demandons, en conséquence, à tous les PATRIOTES soucieux de l’avenir de ce pays et de son développement de se préparer pour rendre ensemble possible la mise à jour de notre pays.

Un jour nouveau se lève sur le Togo.

Fait à Lomé, le 10 février 2021

Le Comité Exécutif Provisoire.

error: Le contenu est protégé !!