Conférence parlementaire de haut niveau sur la lutte contre le terrorisme : « Loin de nous poser la question comment en sommes-nous arrivés là, comment en sortir ? »

AccueilPolitique

Conférence parlementaire de haut niveau sur la lutte contre le terrorisme : « Loin de nous poser la question comment en sommes-nous arrivés là, comment en sortir ? »

Une conférence parlementaire de haut niveau sur la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent se tient les 19 et 20 janvier 2023 à Lomé, capi

La Loupe du Correcteur / Éligibilité du Togo au programme Compact du Millenium Challenge Corporation (MCC) : Miroir grossissant d’une toute autre réalité désarmante
Incapable des assises nationales neuf ans après, Faure donne des leçons sur l’éducation au monde à Londres
Que valent les  »Ressources éducatives » dans un pays où les infrastructures sont inexistantes ?

Une conférence parlementaire de haut niveau sur la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent se tient les 19 et 20 janvier 2023 à Lomé, capitale de la République togolaise. Elle est organisée conjointement par le Bureau des Nations Unies pour la lutte contre le terrorisme (UNOCT) et l’Assemblée nationale du Togo en collaboration avec l’Union parlementaire africaine, le Comité interparlementaire du G5 Sahel, et le Conseil de la Choura de l’État du Qatar.

Ces assises de haut niveau de deux jours sont axées sur la recherche des moyens et stratégies pour une plus grande collaboration entre les parlementaires, les jeunes ainsi que la société civile dans la lutte contre le terrorisme et accroître leur implication dans les processus d’élaboration des politiques relatives à la prévention de l’extrémisme violent.

Conférence parlementaire de haut niveau sur la lutte contre le terrorisme et la prévention de l’extrémisme violent et l’engagement des jeunes en Afrique

Ci- dessous l’intégralité du discours de S. E. Mme Yawa Djigbodi TSEGAN, Présidente de l’Assemblée nationale du Togo

Excellence Madame Jewel Howard Taylor,                                                                                   Vice-présidente de la République et Président du Sénat du Libéria,                                               Excellence Monsieur Duarte Pacheco,                                                                            Président de l’Union Interparlementaire, Excellence Madame Mabel Chinomona,                           Présidente de l’Union parlementaire africaine et Présidente du Sénat du Zimbabwe,                      Honorable SEINI OUMAROU,                                                                                                     Président du comité du G5 Sahel,                                                                                            Excellences Madame et Messieurs les Présidents d’Assemblée parlementaire,                                   Madame et Messieurs les Présidents des Institutions de la République,   Excellence Messieurs les anciens Premiers ministres et anciens Présidents de l’Assemblée nationale, Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement,                                                                   Monsieur le directeur adjoint du Bureau des Nations-Unies de lutte contre le terrorisme,                                             Honorable Président du Conseil de la Choura de l’État du Qatar,                                                Excellence Mesdames et Messieurs les ambassadeurs,                                                           Mesdames et messieurs les Préfets et les Maires, Autorités administratives, militaires et religieuses, Vénérés chefs traditionnels, gardiens de nos us et coutumes,                                                                  Mesdames, Messieurs les parlementaires, Mesdames et Messieurs les représentants des organisations de la société civile et des organisations de jeunes, Distingués invités, Mesdames, Messieurs,

Je voudrais à l’entame de mon propos m’acquitter d’un devoir, un agréable devoir, celui de vous transmettre la cordiale bienvenue au Togo du Président de la République, Son Excellence Monsieur Faure Esssozimna GNASSINGBE, à l’occasion de votre participation à la Conférence parlementaire de haut niveau sur la lutte contre le terrorisme et la prévention de l’extrémisme violent et l’engagement des jeunes en Afrique.

Je voudrais également exprimer toute la reconnaissance de l’Assemblée nationale du Togo qui, par ma voix, dit un grand merci à chacune des délégations ayant fait le déplacement de Lomé.

J’adresse ma gratitude au Président de l’Union Interparlementaire, à la Présidente de l’Union parlementaire africaine, au Directeur adjoint du Bureau des Nations-Unies de lutte contre le terrorisme, au Représentant du Conseil de la Choura de l’État du Qatar, ainsi qu’au Représentant du Comité interparlementaire du G5 Sahel qui ont manifesté tout leur engagement et leur détermination à trouver une solution concertée, efficace et durable à l’épineuse question du terrorisme qui nous réunit.

Toute ma gratitude aux présidents d’Assemblée parlementaire ainsi qu’aux chefs de délégation des pays frères et amis. Votre présence effective à nos côtés, montre votre attachement à la solidarité et à la fraternité séculaires qui fort heureusement lient nos différents peuples.

Je salue chaleureusement toutes les délégations et les experts qui ont fait le déplacement de Lomé. Vos contributions aux débats ainsi que l’engagement de chacun feront assurément le succès de cette conférence parlementaire de haut niveau.

Distingués invités, Mesdames et Messieurs,

S’inscrivant dans la longue tradition de notre pays de recherche de la paix et maintien de la sécurité tant au plan national que continental, l’Assemblée nationale a participé en 2022 à Doha à la Conférence parlementaire de haut niveau sur « comprendre la menace terroriste en Afrique. Au cours de cette rencontre, le Togo a été sollicité pour offrir un cadre à la poursuite des réflexions sur l’engagement parlementaire dans la lutte contre le terrorisme.                                                                                                    Je voudrais, à cet instant, solennellement exprimer toute ma reconnaissance au Président de la République, Son Excellence Monsieur Faure Esssozimna GNASSINGBE qui, de par son engagement constant en faveur de la recherche de la paix et de la fraternité entre les nations, a apporté tout son soutien à l’organisation de la présente conférence. Que toute gratitude lui soit donnée pour son leadership audacieux et pragmatique, gage de résultats tangibles tant sur le plan national que sur la scène internationale. Le caractère récent de l’aboutissement de certains de ses actions dans notre sous-région ouest-africaine nous conforte dans cette conviction. Je voudrais donc rendre lui hommage, homme épris de paix, profondément attaché à la diplomatie et au multilatéralisme agissant.

Distingués invités, Mesdames et Messieurs,

Comme vous le savez, notre continent, en concertation avec ses différents partenaires, à toujours recherché à diverses périodes de son histoire, des solutions aux multiples défis qui jalonnent sa marche.

Au chapitre de ces défis, nous pouvons évoquer sans exhaustive la modernisation de son économie, le développement de ses infrastructures sociales, éducatives et culturelles, le financement et la potentialisation de son secteur privé, l’intensification de ses échanges avec les autres nations du monde, la création d’emploi pour sa jeune, la promotion et l’autonomisation de la femme.

Malgré ces défis auxquels s’ajoute la conjoncture internationale difficile, les taux de croissance affichés par nos différents États nous conforte dans la conviction que l’Afrique est prête à jouer un rôle déterminant dans la dynamique de maintien de la stabilité financière et économique mondiales.

Cependant, force est de constater que la recrudescence des actes violents ayant un lien avec le terrorisme constitue une menace aux efforts de développement durable du continent. Loin de nous poser la question comment en sommes-nous arrivés là, certains États et organisations internationales ont choisi de se poser plutôt la question : comment en sortir ?

A ce titre, je me réjouis de cette convergence d’actions multiacteurs : système des Nations-Unies, organisation mondiale et organisation continental des parlements nationaux, réuni pour rechercher les voies et moyens permettant d’endiguer cette menace.

A travers ce cadre d’échanges, nous tenterons d’apporter de mettre en place une synergie de réponse collective de lutter contre le terrorisme avec toute la vigueur et la rigueur qu’elle emprunte de notre détermination à bâtir une communauté de destin harmonieux.

Je tiens donc à saluer la pertinence de l’initiative d’associer les parlements à la dynamique de recherche de solutions concertées. Dans le même ordre, la contribution de la société civile et des organisations de jeunes est tout aussi nécessaire qu’indispensable.

Comment alors organiser ce dialogue et quels leviers utiliser pour atteindre les objectifs poursuivis ? Quelle place doit occuper la jeunesse dans ce débat et comment canaliser toute l’énergie dont elle regorge pour en faire un véritable bouclier pour nos différentes nations tout en trouvant des solutions pertinentes et efficaces à leurs différents besoins ?

La question qui nous rassemble aujourd’hui à Lomé et ce pour deux jours est d’une importance capitale.

Distingués invités, Mesdames et Messieurs,

Avant de clore mon propos, je réitère ma reconnaissance à tous les délégués qui ont honoré ce rendez-vous de Lomé. Je voudrais également vous remercier de la confiance accordée à notre pays pour abriter les présentes assises, et vous rassurer de sa détermination à maintenir la paix et la sécurité par des actions multiformes tant sécuritaires que sociales.

Tout en appelant à plus de mobilisation de nos États et en invitant la communauté internationale à davantage d’actions coordonnées en faveur de la paix et de la sécurité, je déclare ouverte la conférence parlementaire de haut niveau sur la lutte contre le terrorisme et la prévention de l’extrémisme violent et l’engagement des jeunes en Afrique.

Paix à l’Afrique,

Paix à toutes les Nations du monde,

Je vous remercie de votre aimable attention !


.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0