Conseil des Ministres de l’Entente : Ce souhait de Dussey qui frise le ridicule

AccueilPolitique

Conseil des Ministres de l’Entente : Ce souhait de Dussey qui frise le ridicule

C'est sous la présidence du ministre togolais des Affaires étrangères,Robert Dussey, que se sont déroulés les travaux de la 17ème Réunion ordinaire d

Dr Thon aux ambassadeurs de NoVi: « Le temps est le nôtre ; l’avenir dépendra de notre engagement actuel. Il nous faut donc nous mettre au travail pour qu’ensemble, nous construisions le Togo soudé et émergé, le Togo dont nous rêvons toutes et tous. »
Primature : L’équation à plusieurs inconnus pour Faure Gnassingbé
CONSOMMONS TOGOLAIS, BIO ET NATUREL POUR AVOIR UNE BONNE SANTÉ LE JUS « JURO » DE LA SOCIÉTÉ JURO SARL-U

C’est sous la présidence du ministre togolais des Affaires étrangères,
Robert Dussey, que se sont déroulés les travaux de la 17ème Réunion ordinaire du Conseil des Ministres de l’Entente, le vendredi 04 décembre dernier. Cette Réunion fait suite à la rencontre des Experts intervenue en novembre dernier et a rassemblé les ministres des cinq (5) pays membres du Conseil que sont le Togo, Bénin, Côte d’Ivoire, Niger, Mali et Burkina Faso. Le Bénin et le Niger étant en passe d’organiser des élections présidentielles, le ministre Dussey a saisi l’occasion pour inviter les acteurs politique à organiser les scrutins dans des conditions pour le moins satisfaisantes.


« Après le Togo en début d’année, la tenue de l’élection présidentielle du 31 octobre 2020 en Côte d’Ivoire et du 22 novembre dernier au Burkina Faso, dans des conditions globalement satisfaisantes, vient renforcer davantage l’ancrage démocratique des États membres décidés à construire une zone de stabilité et de prospérité inclusives », a affirmé le diplomate togolais. En clair, le Togo, à l’en croire, a organisé une élection à même de tenir lieu de modèle dans le Conseil de l’Entente. S’il faut souhaiter au Bénin et au Niger une élection semblable à celle togolaise, c’est que Robert Dussey ne souhaite rien de consistant à ses pairs. Rien de bien bon n’est à prendre dans ce piteux exemple togolais qui continue de faire couler beaucoup d’encre par les temps qui courent.

Dix mois après la fameuse présidentielle organisée au Togo, à l’issue de
laquelle Faure Gnassingbé s’est, comme toujours, taillé la part du Lion, jamais climat sociopolitique n’a été autant délabrée. Après la chasse à Agbéyomé Kodjo, ce sont ses collaborateurs, en l’occurrence le chargé des Droits de l’homme de la Dynamique Mgr Kpodzro, Gérard Djossou et Brigitte Adjamabo, la Coordinatrice de la Dynamique, qui sont aujourd’hui tenus au secret. Leur faute a été d’avoir prétendu à la victoire d’une élection dont les fraudes remontent au déluge. C’est un fait qu’au pays situé entre le
Ghana et le Bénin, Gnassingbé Eyadema père et fils n’ont jamais gagné la moindre élection.

On ne sait pas de quel ancrage démocratique veut parler Robert Dussey, car
il n’y en a jamais eu aucun, pas davantage en cette Côte d’Ivoire aujourd’hui près de basculer dans le chaos, mais que l’homme cite en exemple sans vergogne. Souhaiter que le Bénin et le Niger qui se démarquent notablement du Togo connaissent la gadoue sociopolitique où s’est embourbé jusqu’à la garde un peuple pris en otage par un seul clan dont il fait lui-même profession de foi, voilà qui frise le cynisme.

Robert Dussey aurait mieux fait de prendre des leçons démocratiques. Pour sa gouverne et pour celle de son créateur qui tient plus du combinard que du démocrate.

Source: Journal Le Correcteur N°965