AccueilSanté

COVID-19: Au Falilande, tout le monde a le droit de manifester.

Après la marche pacifico-violente des voleurs, braqueurs, violeurs et autres, le gouvernement falilandais a purement et simplement décidéde lever le

Lutte contre le trafic des faux médicaments : La Guinée prend le pas sur le Togo
Gestion opaque de la Covid-19/ Plusieurs milliards détournés au Cameroun: Qui pour situer les Togolais ?
La pandémie « s’accélère » mais sa trajectoire peut être modifiée, selon l’OMS

Après la marche pacifico-violente des voleurs, braqueurs, violeurs et autres, le gouvernement falilandais a purement et simplement décidé
de lever le couvre-feu a fi n que ce s travailleurs puissent trouver de quoi manger en ces temps de coronavirus où rien ne marche. Les jours à venir, de gigantesques manifestations sont prévues pour l a réouverture des bars et boîtes de nuit. La liberté ne se donne pas, elle s’arrache!


Difficile équation falilandaise
Apres avoir été le premier Etat africain à envoyer un homme sur la lune, les Falilandais viennent d’être aussi les premiers à résoudre une équation à mille inconnus . Première étape, il fallaittout faire pour faire lever le couvre-feu anti-Covid19. Deuxième étape, il fallait créer un incident afin d’attaquer les commissariats et les vider de leurs armes . Troisième étape, il faut passer au braquage des bus et à la visite nocturne des maisons. Quatrième étape, il faut incendier un pont en acier pour montrer aux forces de l’ordre que les bandits sont forts et c’est inutile de les attaquer . Équations résolus et founoufa.


Jamais deux sans trois au Falilande
Un deux sans un trois,,les Falilandais ont horreur de cela. Après le match aller entre jeunes et forces de l’ordre , il fallait obligatoirement un
match retour. Malgré les supplications de monsieur le Président à la télé, appelant les jeunes au calme, le match retour a eu lieu dimanche passé. Et
chaque équipe était venue avec le reste des munitions du match passé. Pendant trois jours, aucun des deux parties ne s’est donné du repos. Coup de pied par-ci, coup de tête par – là , morsures sévères par – ci , blessures par balle parlà… Au décompte final, trois morts légers et 11 morts graves .


Founoufa!
FALILANDE FALILANDE

error: Le contenu est protégé !!