COVID-19/Fermeture des frontières terrestres dans l’espace de la CEDEAO: Le MMLK demande aux Chefs d’État de la CEDEAO l’ouverture des frontières

AccueilSociale

COVID-19/Fermeture des frontières terrestres dans l’espace de la CEDEAO: Le MMLK demande aux Chefs d’État de la CEDEAO l’ouverture des frontières

Très actif dans le domaine des droits de l’homme, le Pasteur Edoh komi, président du Mouvement Martin Luther King dans un communiqué de ce 04 janv

Inefficacité des services de Togocom : Réactivation des kits, zéro pointé
Nouvel appel au boycott des produits TogoCom et Moov Togo
Assassinat du Colonel Bitala Madjoulba : Un collectif d’avocats porte plainte à Genève.

Très actif dans le domaine des droits de l’homme, le Pasteur Edoh komi, président du Mouvement Martin Luther King dans un communiqué de ce 04 janvier 2021, se prononce sur la fermeture des frontières terrestres dans l’espace de la CEDEAO dans cette pandémie de COVID-19. Le pasteur Komi Edoh parle d’un véritable cauchemar pour les populations.

Voici ci-dessous l’intégralité du communiqué du MMLK:

MMLK / FERMETURE DES FRONTIÈRES TERRESTRES DE L’ESPACE CEDEAO À CAUSE DE LA PANDÉMIE À CORONAVIRUS : UN VÉRITABLE CAUCHEMAR POUR LES POPULATIONS.

CHEFS D’ÉTAT DE LA CEDEAO ,
Presque dix mois après, le MMLK Vous prie de bien VOULOIR OUVRIR LES FRONTIÈRES TERRESTRES.

Il nous souvient que dès l’apparition des premiers cas de Coronavirus, les états de la CEDEAO ont pris des décisions urgentes dont la fermeture des frontières terrestres et aériennes.
Ces décisions étaient de nature à empêcher la propagation du virus et la contamination massive à travers les frontières en provenance des pays à hauts risques.


Chemin faisant, les frontières aériennes ont été ouvertes avec des mesures contraignantes notamment le prélèvement pour le test COVID 19 à tous les passagers à la sortie comme à l’entrée.
Selon les témoignages unanimement partagés par les citoyens passagers des frontières terrestres , la durée de la fermeture nuit gravement à la vie de la masse des populations que les ravages de la pandémie. Car la plupart des citoyens qui ont leurs intérêts transversaux dans ces pays sont contraints de voyager dans la clandestinité par les voies poreuses dont les maîtres des lieux en ont de véritables fonds de commerce. Par exemple , la traversée par moto d’une frontière coûte entre 6 à 10 mille francs et les tarifs du transport ont aussi doublé surtout dans la nuit sans ignorer les raquettes et les harcèlements des forces de sécurité et d’immigration. Tout ceci coûte une faramineuse somme d’argent pour les citoyens moyens.
Avec le maintien de la fermeture des frontières et l’impossibilité de circuler librement dans l’espace CEDEAO pendant plus de neuf mois , les activités économiques ont connu des coups d’arrêt et ceci a menacé gravement la vie des populations.


Cela ne doit plus se poursuivre et il y a lieu de relancer l’économie terrestre que constitue la grande majorité d’où l’impérieuse nécessité de réouvrir les frontières.


Pour le Mouvement Martin Luther King, le Coronavirus doit être considéré comme tous les fléaux pandémiques que l’humanité a déjà connus et qui n’ont pas détruit la terre des vivants. Pour ce faire , la seule bataille qui vaut la peine est celle de faire respecter les mesures barrières et surtout disposer des laves mains à toutes les frontières pour que les passagers puissent se laver régulièrement les mains . Tous les contrevenants doivent s’exposer à la rigueur de la loi.


CHEFS D’ÉTAT DE LA CEDEAO, S’IL VOUS PLAIT , OUVREZ LES FRONTIÈRES TERRESTRES POUR CONSOLER ET SOULAGER LES PEINES DES POPULATIONS DE LA COMMUNAUTÉ.

Lomé, le 4 Janvier 2021

MMLK / La voix des sans voix

error: Le contenu est protégé !!