Équipement sanitaire : Faustin Archange Touadéra renvoie Faure Gnassingbé à ses chères études

AccueilSanté

Équipement sanitaire : Faustin Archange Touadéra renvoie Faure Gnassingbé à ses chères études

Un centre d'hémodialyse et un centre d'imagerie médicale doté d'un scanner. Voilà le considérable bond que vient de faire la Centrafrique de Faustin

Peut-on boire en toute confiance l’eau du robinet ?
Lutte contre le paludisme : Dix jours de campagne pour la distribution de 6,5 millions de moustiquaires.
Togo/Santé: Togbé Charles Aklobessi et ses adeptes disent « OUI » à la vaccination ANTI-COVID

Un centre d’hémodialyse et un centre d’imagerie médicale doté d’un scanner. Voilà le considérable bond que vient de faire la Centrafrique de Faustin Archange Touadéra en matière d’équipement sanitaire. Le président centrafricain avait assisté à la démonstration du scanner du tout nouveau centre national d’imagerie médicale, à Bangui le 4 décembre dernier. C’est peut-être fini la problématique des évacuations sanitaires, puisque les patients de ce pays vont pouvoir bénéficier de dialyse, de mammographie et autres panoramique dentaire. Pour Archange Touadéra,
« cela va améliorer le plateau technique (et) faciliter le diagnostic de nos médecins.


Quand ils n’ont pas les moyens de faire leurs diagnostics, on est obligé d’évacuer ces malades et ça coûte cher à l’État. Nous dépensons beaucoup pour évacuer nos malades pour des questions de diagnostic. ». Abdel-Karim Zakaria, le directeur de l’hôpital général a de son côté émis le souhait qu’une « formation du personnel et le renforcement de leur capacité » soit de rigueur, afin de disposer « des hommes compétents pour animer ces équipements et les entretenir pour le bien de la population ». On ne va pas se plaindre que la mariée est trop belle, et les autorités trouveront moyen de faire former le personnel requis pour sauver bien des vies centrafricaines.


Acceptons-en l’augure. Pendant ce temps, le Togo de Faure Gnassingbé qui a fait de la propagande provocatrice et de la démagogie son cheval de bataille, continue de laisser mourir ses concitoyens, en raison du manque de consommables et de matériels de travail dans les services d’un CHU Sylvanus Olympio (CHU-SO) où les pannes à répétition du matériel sont devenues la norme. Le centre hospitalier universitaire de Kara ne vaut guère mieux.

Mais au lieu de doter ces centres d’infrastructures, de plateaux techniques et de scanners devant faire éviter des morts gratuites, Faure Gnassingbé, toujours à la quête du sensationnel, a laissé ces hôpitaux et leurs
responsables à leur triste sort, puis va lancer la construction d’un hôpital pompeusement dénommé Saint Pérégrin, mais dont les travaux, formellement lancés en Février 2019, continuent de piétiner. Les autorités s’étaient rengorgées et sont allées jusqu’à donner un délai d’un an pour la finalisation des travaux de ce trop surcoté complexe hospitalier.


Nous voilà aux portes de 2021, et rien n’est moins sûr. Ce que les Togolais veulent, c’est du concret, pas de la politicaillerie teintée de calcul aux fins de faire accroire ce qui n’est pas. Faure Gnassingbé a déjà assez donné dans l’immobilisme gouvernemental.


Continuer d’insulter l’intelligence de citoyens dont on prétend avec force mensonge avoir obtenu au moins 70%, voilà qui confine au gangstérisme de haute voltige. Déplorable.

Source: Journal Le Correcteur N°965

error: Le contenu est protégé !!