Foi Katakou: « Dans une lutte de libération , on ne communique pas  parce qu’il faut communiquer. »

AccueilInterview

Foi Katakou: « Dans une lutte de libération , on ne communique pas parce qu’il faut communiquer. »

Le dictateur a son discours . Et ce discours a sa culture et psychologie . Au Togo en analysant le discours du clan Gnassingbé , nous constatons:

Tchamdja-Kpatcha au Comité des Droits de l’Homme des Nations Unies : Du saupoudrage !
Bizarre, bizarre! C’est UNIR qui pousse le pays vers la démocratie
Méfiez-vous des corrupteurs et des corrompus : essai sur la spiritualité de l’intégrité

Le dictateur a son discours . Et ce discours a sa culture et psychologie .

Au Togo en analysant le discours du clan Gnassingbé , nous constatons:

  • La technique d’explication des formes inférieures des faits
  • L’usage du fait religieux pour endormir l’esprit de la masse

L’objectif de ce type de communication est de provoquer , renforcer la résignation , le fatalisme et l’obseissance sans contraintes chez les togolais.

L’analyse du système de communication du clan Gnassingbé sort des facteurs psychologiques qui alimentent la résignation , le fatalisme, le laisser faire et l’obseissance sans contraintes chez tous les togolais.

Nous pouvons citer :
• Mawoulawè ( Dieu le fera ) , avec cette psychologie le damné attend l’intervention divine pour se libérer
• Agbebada Gnowou Ekou ( la vie misérable est mieux que la mort )
• Manotognéviadi ko ( Je préfère mon peu )
• Je vais manger aussi
• Le problème du Togo c’est la faute aux opposants ou à un esprit maléfique .

Tous les combattants de la liberté doivent prendre en compte le schéma de la communication du clan dans leur construction du discours alternatif de libération de la conscience collective.

Le discours alternatif a pour objectif l’émancipation de la conscience collective .
Et ce discours alternatif ne peut pas copier le système de communication du clan Gnassingbé en prétendant libérer la conscience collective .

En s’inscrivant dans le schéma de la communication du clan Gnassingbé nous visons deux choses :

  • Le renforcement du clan Gnassingbé , par la création de la confusion dans l’esprit du peuple
  • La substitution des hommes qui incarnent le clan Gnassingbé pour faire pire

Dans une lutte de libération , la communication n’est jamais neutre . Soit elle renforce le peuple ou le dictateur . Elle est une véritable arme de destruction massive silencieuse .
On ne joue pas avec la communication dans une lutte de libération . Si on le fait, elle brûle automatiquement.

La communication du combattant de la liberté vise à provoquer l’indignation et la revolte chez toutes les couches socio-professionnelles .

Dans une lutte de libération , on ne communique pas parce qu’il faut communiquer .

On communique pour libérer l’âme de l’opprimé dans la main de l’oppresseur . Steve Biko disait ainsi : « L’arme de l’oppresseur c’est l’âme de l’opprimé » .

« La communication est, en quelque sorte, une guerre dont les champs de bataille sont les esprits résistants et impénétrables de ceux et celles que vous cherchez à influencer. Votre but est de contourner, voire d’abattre leurs défenses afin de prendre le contrôle de leur esprit. Apprenez à infiltrer vos idées derrière les lignes ennemies, à faire passer des messages subliminaux, à pousser les gens à penser comme vous sans qu’ils ne s’en rendent compte. » Robert Greene

Nous sommes une génération de résultats. La victoire est nôtre, maintenant.

fovi katakou ( b-a-b-a , RAL )
Nature-Homme-Societe

error: Le contenu est protégé !!