Fovi Katakou: « Le chantier des plus grands édifices se présente toujours sous forme du chaos. »

AccueilSociale

Fovi Katakou: « Le chantier des plus grands édifices se présente toujours sous forme du chaos. »

À quelques heures de l'année 2020, le chantier Togo nouveau est chaotique dans nos esprits. Nous ne savons pas qu'elle couleur et forme les périodes

Mouvement En Aucun Cas: « Nous avons décidé de différer cette campagne de Boycott pour nous donner, d’abord, toutes les chances de réussir. »
Apple met à jour son MacBook Pro 13 pouces : Intel Core 10e gén. et enfin le nouveau clavier
Société-Education : A l’occasion du lancement de ses activités, l’association U.G.P.A fait don de Kits scolaires aux élèves de l’EPP Aflao Sagbado.

À quelques heures de l’année 2020, le chantier Togo nouveau est chaotique dans nos esprits.
Nous ne savons pas qu’elle couleur et forme les périodes 2020 seront pour nous .

Le doute , l’inquiétude , le désespoir et la peur du demain nous amènent à rechercher un bouc-émissaire parfait et à se défouler sur lui .
Mais malheureusement ce que nous condamnons , c’est la même chose voire pire que nous reproduisons dans nos maisons , famille , église , service , village , quartier , association ….

Nos pensées et actes de tous les jours ne montrent pas que nous semons dans le Togo nouveau ce que nous appelons tout temps de tout notre cœur.

Devant l’arme de la misère , la tuerie , la prison , les miliciens , l’achat de conscience , la corruption , la destruction du tissu familial , la culture de l’argent roi et de l’apparence nos réactions sont normales.
C’est le fruit de la combinaison des facteurs socio-culturo-politiquo-economiques de la colonisation et des 55ans du contrôle social du clan Gnassingbé.

Nous développons ce que nous pouvons appeler le syndrome de l’opprimé.
C’est une maladie psychologique qui amène l’opprimé à se voir toujours impuissant , incapable d’agir lui-même pour sa liberté. Il espère que sa libération viendra d’une force extérieure puissante . Pour l’individu souffrant du syndrome de l’opprimé son malheur et les maux du pays c’est à cause des leaders pro-democratie présents qui n’arrivent pas à le libérer . L’engagement de l’opprimé souffrant , se limite simplement au procès des leaders décriés. Il ne propose jamais une initiative . Pour lui tout est mauvais. Il doute de tout . Quand il propose une initiative , il pense toujours que c’est à l’autre de venir la mettre en application .
Il cherche toujours les alibis pour rester simplement dans son confort traditionnel quotidien .

Aujourd’hui dans notre société en lutte pour se libérer du joug du clan Gnassingbé nous avons les idéologies de justification de l’inaction , résignation , collaboration au mal ou de demeurer toujours dans le confort quotidien .

Ce sont :

  • Je suis apolitique , les politiciens sont tous des voleurs
  • Mawoulawè ( Dieu le fera )
  • Manotognéviadi ko ( je me contente de mon peu )
  • Agbebada Gnowou Ekou ( la vie misérable est mieux que la mort )
  • Personne ne connait le temp de DIEU . Et la formule magique du désespéré togolais est : « Le temps de DIEU est le meilleur »

Dans tout ce chaos apparent il va émerger une œuvre d’art .
Que pouvons nous faire ?

Nous devons commencer par faire ce que nous jugeons nécessaire que c’est le travail de l’autre .

Nous avons deux options . Et nous devons travailler à rendre complémentaire ces deux méthodes.
Nous devons mutualiser nos énergies , ressources humaines et moyens sur la mise en forme et en action de ceux deux méthodes .

Il s’agit de :
1 – Je vote , je reste , j’agis et je defends mon vote avec tous les sacrifices nécessaires .
2- « Rendre la honte plus honteuse en la divulguant . L’oppression plus oppressive en l’ajoutant la conscience de l’oppression », Karl Marx . Il s’agit ici de donner du contenu au #NonAu4eMandat de Gnassingbé Faure .

Dans nos démarches, nous ne devons pas occulter l’arme de la répression du clan Gnassingbé. Et nous devons nous organiser sérieusement à priver Gnassingbé Faure de cette arme de dissuasion et de soumission de la masse.

Dans une dictature rien ne garantie à première vue la victoire des opprimés . Mais c’est la capacité des opprimés à retourner la situation présente en leur avantage qui leur donne une victoire.

Nous n’avons pas le droit d’affirmer que tout est déjà scellé pour l’élection .
Nous pouvons au moins nous mobiliser à rendre public la fraude électorale du clan Gnassingbé à travers les photos et vidéos de nos téléphones portables et notre occupation sur le terrain. Un élément qui peut nous permettre d’avoir le déclic pour un mouvement spontané partout et au même moment .

Il est vraiment urgent que nous sortons du slogan du #NonAu4eMandat pour la construction véritable de ce désir du peuple .
Nous devons savoir aussi que la construction de ce désir ne viendra jamais des discours de diabolisation , d’insultes .
Mais ça viendra de notre capacité à rendre plus claire la nécessité de se lever maintenant pour les droits socio-economico-politiques . Et nous devons arriver à faire agir en même temps et partout tous les groupes socio-professionnels . Ils doivent se mobiliser tous pour leurs droits socio-economiques.

Le chaos est rempli d’espoir parce qu’il annonce une renaissance.
Le meilleur moyen de combattre le chaos c’est part le chaos …

2020, rendez-vous du peuple par le peuple pour le peuple .
Nous sommes une génération de résultats . La victoire est nôtre , maintenant .

fovi katakou ( b-a-b-a , RAL )
Nature-Homme-Societe

error: Le contenu est protégé !!