La Loupe du Correcteur: « Quand l’exception Togo détruit finalement l’Afrique de l’Ouest. »

AccueilInterview

La Loupe du Correcteur: « Quand l’exception Togo détruit finalement l’Afrique de l’Ouest. »

Après la chute de Yahya Jammeh en décembre 2016, le Togo a demeuré la seule exception de l'Afrique de l'Ouest où la propension du pouvoir à vie est l

La Loupe du Correcteur : Démocratie au Togo et au Sénégal, si loin et si opposés
La Loupe du Correcteur: « FAIEJ, Jeunesse et 13000 emplois, de cache-sexes mal conçus »
La Loupe du Correcteur /Au milieu de la centaine de prisonniers politiques qui meurent en cascade : Faure préoccupé par le sort de Tibou Camara seulement en résidence surveillée en Guinée

Après la chute de Yahya Jammeh en décembre 2016, le Togo a demeuré la seule exception de l’Afrique de l’Ouest où la propension du pouvoir à vie est la règle. Et lors de la crise consécutive au mouvement populaire du 19 août 2017, le malaise du pouvoir au sein de la CEDEAO était perceptible jusqu’au coup de force ultime qui a finalement abouti à la remise du compteur à
zéro après les trois mandats de Gnassingbé Faure.

Cette pantalonnade grotesque a malheureusement inspiré d’autres satrapes
dont Alpha Condé et Alassane Ouattara. Après le simulacre d’élection du 18 octobre dernier en Guinée, le bouffon Condé se fait proclamer vainqueur avec 59,49% contre 33,5% pour son principal challenger Cellou Dalein Diallo dans une violence et répression inouïes qui ont fait plusieurs dizaines de morts.

Exactement comme au Togo, Internet et réseaux sociaux sont fortement perturbés. C’est ainsi qu’après avoir toiletté la constitution, le vieux despote de 82 ans entend mourir dans le fauteuil. Le même scénario se déroule en Côte d’Ivoire avec un certain Alassane Ouattara. La tension est à son comble avec des morts au quotidien avant le scrutin de la honte du 31 octobre prochain.

Point par point, la Guinée et la Côte d’Ivoire ont copié le mauvais exemple du Togo. Pourtant, il y avait moyen de mettre fin à la « gangrène Togo » pour sauver la sous-région. Finalement, à partir du Togo, une nouvelle fois, on fait le deuil de la démocratie et de l’alternance dans la sous-région. De qui viendra le salut pour sauver l’espace CEDEAO ?


Honoré ADONTUI

error: Le contenu est protégé !!