<strong>La Loupe du Correcteur / Une élève tuée par la morsure du serpent à Sotouboua : Ignorance ou négligence ?</strong>

AccueilInterview

La Loupe du Correcteur / Une élève tuée par la morsure du serpent à Sotouboua : Ignorance ou négligence ?

 « C’est avec un cœur meurtri et plein d’émotion que nous venons vous rendre compte du tragique décès de l’élève SOTOU Adèle de la Classe de CM1

La Loupe du Correcteur : Vœux et après ?
La Loupe du Correcteur : Enfants de rue, un fléau inquiétant
La Loupe du Correcteur / Avis de Faure sur l’organisation de la Coupe du Monde au Qatar : Énième propagande ou vrai examen de conscience ?

 « C’est avec un cœur meurtri et plein d’émotion que nous venons vous rendre compte du tragique décès de l’élève SOTOU Adèle de la Classe de CM1 de l’École Primaire Publique de Sessaro » , c’est ainsi que le Chef d’Inspection de Sotouboua-Nord SANSANG Disamasso a annoncé la tragique nouvelle au Directeur Régional de l’Éducation Région Centrale dans son rapport circonstancié du 1er décembre 2022.Pour l’inspecteur , « sur sollicitation de la récolte du soja situé derrière le bâtiment scolaire de l’enseignant WAMA Bamana Miwadiga, la Directrice WASSIKE Pyalou aurait donné son accord en violation des textes en vigueur .»

Il ajoute que la victime a été mordue par un serpent le 25 novembre. Elle serait transportée chez un guérisseur pour des soins. Son cas s’est aggravé le 28 novembre et a été référée à un centre de santé. Malheureusement elle a succombé le lendemain et inhumée le 30 novembre.

Une fillette mordue par un serpent le 25 novembre et qui en meurt quatre jours plus tard, c’est bien dramatique. Au-delà du fait que les activités extra-éducatives sont interdites au Togo (sic), les faits se déroulent en milieu scolaire où on apprend aux écoliers dès le CE1 qu’en cas de morsure de serpent, on place un garrot autour de la plaie et conduit immédiatement la victime dans un centre de santé.

Comment peut-on expliquer cette négligence qui a fatalement coûté la vie à la petite Adèle ?

Parallèlement, il se rapporte que depuis trois ans, le gouvernement a mis sur pied un mécanisme de prise en charge immédiate gratuite des morsures de serpent dans tous les centres de santé du Togo avec le Sérum Anti-Vénimeux (SAV). Et tous les responsables des Unités de Soins Périphériques (USP) ont été formés sur le protocole de prise en charge.                                                                                                                        Mais,les populations du Togo en général et du Togo profond plus concernées par la morsure du serpent sont-elles suffisamment informées et sensibilisées sur ce mécanisme ? Que dire du projet onéreux dénommé School Assur chargé des soins des élèves ?

Ce drame interroge sérieusement sur le degré de responsabilité des éducateurs et de fiabilité des mécanismes sanitaires au Togo. Comme la morsure du serpent, le traitement simple du paludisme est gratuit dans les Centres de Santé publics du Togo . Mais combien sont-ils au courant ? Et combien de Togolais meurent encore de paludisme faute de moyens pour les soins ? Pour éviter des morts gratuits, il importe impérativement un changement d’approche.

Honoré ADONTUI, DP du journal « Le Correcteur »