Le MJS interpelle le CAT à la vigilance car nos autorités togolaises ne sont pas de bons élèves et exige également la libération pure et simple de tous les détenus politiques

AccueilPolitique

Le MJS interpelle le CAT à la vigilance car nos autorités togolaises ne sont pas de bons élèves et exige également la libération pure et simple de tous les détenus politiques

Communiqué du MJS relatif aux recommandations du CAT: Comité contre la Torture. La torture est un crime imprescriptible et condamnée par toutes les

La prise en charge psychosociale, l’élément moteur pour l’amélioration de la qualité de vie des personnes âgées
En Afrique, les ressources naturelles ne profitent pas aux populations
Marche du PNP: L’ANC condamne la répression des manifestations et appelle le pouvoir à un respect scrupuleux du droit de manifester pacifiquement inscrit dans la Constitution et dans les lois en vigueur.

Communiqué du MJS relatif aux recommandations du CAT: Comité contre la Torture.

La torture est un crime imprescriptible et condamnée par toutes les juridictions du monde.
Cependant,nous interpelons le gouvernement togolais à se plier immédiatement face à ces recommandations du Comité contre la torture qui exige la fermeture de la prison civile de Lomé dont les conditions de détention ne sont rien d’autre que de la torture. Le Togo a ratifié les textes régissant le respect des Droits de l’Homme et face à ces violations inhumaines et dégradantes, toutes les victimes de ces tortures doivent être immédiatement et impérativement libérées. Le cas spécifique des détenus politiques, qui ne sont que des innocents nous préoccupent assez. Le mouvement pour la justice sociale, reste convaincu que le comité contre la torture va prendre des mesures coercitives à l’endroit du gouvernement togolais afin que dans un bref délai, toutes ses recommandations soient scrupuleusement respectées. Le MJS interpelle le CAT à la vigilance car nos autorités togolaises ne sont pas de bons élèves en la matière car à titre d’exemple la Cour de justice de la CEDEAO avait exigé qu’on mette fin à la détention de l’honorable Kpatcha et ses codétenus mais jusqu’à ce jour lettre morte. Nous sommes indignés face à ce silence des institutions compétentes car aucun pays n’est au dessus des institutions internationales. Le MJS invite tous les mouvements et associations défendant les droits humains à exiger l’application sans délai de toutes ces recommandations pouvant permettre d’impacter positivement sur un apaisement durable dans notre pays le Togo, condition nécessaire pour renforcer le vivre ensemble entre tous les togolais.
Nous invitons les responsables des partis politiques de faire davantage afin de défendre des innocents qui subissent les piètres conditions de vie à la prison civile de Lomé et d’exiger auprès des institutions compétentes que les auteurs de ces crimes audieux soient traduits devant les tribunaux nationaux et internationaux. Nous saluons la libération de M. Ouro Djikpa, conseiller principal du PNP et nous exigeons qu’une lumière soit faite par rapport à sa détention. Nous exigeons également la libération pure et simple de tous les détenus politiques qui croupissent dans des conditions les plus inhumaines.
Peuple togolais, plus jamais de tortures sur la terre de nos aïeux.

Fait à Lomé le 11 août 2019 par le bureau national du MJS.

error: Le contenu est protégé !!