Le premier tour de la présidentielle de 2020 pourrait se tenir le 4 février

AccueilPolitique

Le premier tour de la présidentielle de 2020 pourrait se tenir le 4 février

Ce sont les informations venant des indiscrétions. La présidentielle de 2020 pourrait se tenir en début février. Cette élection pourrait avoir eu

Quand le devoir gouvernemental tourne à la politique de l’assistanat à des fins électoralistes
Le gendarme octogénaire AMUZU Japhet sera conduit à sa dernière demeure ce samedi 26 juin 2021: MICHEL NADIM KALIM pleure chaque 27 avril depuis 1980
Cohésion sociale togolaise hors de portée : Comment Faure peut s’inspirer de la méthode Tshisekedi

Ce sont les informations venant des indiscrétions. La présidentielle de 2020 pourrait se tenir en début février. Cette élection pourrait avoir eu lieu un peu plus tôt que prévue, selon ces indiscrétions.

A en croire les informations, ce probable changement du calendrier électoral serait l’une des conséquences directes des dernières modifications de la Constitution par les « nommés » de la 6eme législature.

Pour les tenants de cette date, le scrutin peut être organisé en février pour deux raisons. La première, c’est que la nouvelle constitution « exige que l’élection du Président de la République ait lieu 60 jours avant la fin du mandat du président sortant ». En 2015, Faure Gnassingbé, le Chef de L’État sortant avait prêté serment le 04 mai. Et l’élection était à un tour.

Le second argument qui vient compléter le premier se fonde sur le fait qu’au regard de la modification constitutionnelle intervenue le 08 mai 2019, dorénavant tout scrutin présidentiel sera à deux tours.

Alors le mois de février (surtout le 04 février 2020) est la date idéale, dans la mesure où l’on tient compte de l’éventualité d’un second tour lors de la prochaine présidentielle.

Si toutes ces raisons sont bien fondées et que l’autorité est réellement d’avis, on peut dire que les Togolais sont à 4 mois de la prochaine présidentielle au lieu de 06 comme certains continuent de le penser.

Le comble dans cette histoire, c’est que l’opposition togolaise qui aspire à une alternance politique lors de la prochaine élection présidentielle est toujours à la traine. Elle se déchire pour une simple question de candidature.

Pendant ce temps, le régime RPT-UNIR qui dirige le pays depuis plus de 50 ans, met déjà les petits plats dans les grands pour obtenir un 4em mandat à son « superchampion », Faure Gnassingbé.

Source icilome.com

error: Le contenu est protégé !!