Lute contre le terrorisme : Le plus dur commence pour les Togolais ?

AccueilInternational

Lute contre le terrorisme : Le plus dur commence pour les Togolais ?

Un soldat togolais a succombé le 12 février dernier à ses blessures au centre du Mali. Ce décès fait suite à l’attaque dont a été victimes une vingta

Le Barça créé la « Coupe Maradona » pour immortaliser la légende !
Affaire de pédophilie : indigné, Miss Saran Bah laisse un gros coup de gueule
FEGUIFOOT : Une mission conjointe CAF/FIFA à Conakry pour la vulgarisation du nouveau statut

Un soldat togolais a succombé le 12 février dernier à ses blessures au centre du Mali. Ce décès fait suite à l’attaque dont a été victimes une vingtaine de soldats togolais deux jours plus tôt, lors d’une attaque d’islamistes dans les environs de Douentza. Ce n’est pas la première fois que des Togolais sont attaqués ni tués dans ce pays soumis au diktat des fous d’Allah. Et ce ne sera pas la dernière fois, hélas, qu’on s’en prendra aux casques bleu placés sous pavillon Togo. Mais les attaques à l’endroit de nos soldats sont loin d’être le fruit du hazard, quand on sait la part active que prend le président togolais dans cette lute contre le terrorisme au sahel.

C’est triste de le dire, mais, plus que jamais, le Togo est dans l’œil du cyclone terroriste. Les terroristes étant hommes à ne jamais faire les choses à moitié, nul doute qu’ils vont pousser l’inhumanité et l’insolence jusqu’à franchir nos frontières pour tenter sur nos sols des coups d’éclat qui puissent les confirmer dans leurs convictions expansionnistes, ce qu’on souhaite aucunement. Il y va de leur foi, que voulez-vous. Mais dans le même temps, on se demande comment le Togo de Faure Gnassingbé qui jusqu’ici a joué les matamores à l’extérieur, va gérer la psychose qui pourrait s’emparer du pays si jamais ces hommes arrivaient dans nos murs.

À Dieu ne plaise, mais comment la sécurité se fera de façon à ne pas courir le risque d’un suicide collectif, quand on sait un peu comment les artères stratégiques, qui sonctituent le poumon de l’économie du pays, sont bondées de monde.

La guerre semble plus que jamais déclarée, et si Faure a pu apporter ses soutiens aux pays amis dans cette lutte où il n’était a priori pas censé figurer aux premières loges, à plus forte raison va-t-il en apporter à son propre peuple qui en aura tant besoin au cas où? On continue de croire que le mal sera endigué, même si des Togolais aussi incrédules les uns que les autres ironisent sur le fait que ce fléau embrasserait le pays tout entier, d’autant plus rapidement que l’État est bien incapable de protéger les populations des malfrats à la merci de qui ils continuent d’être. Loin de nous d’abonder dans le même sens. Mais les autorités se doivent de travailler à tuer dans l’œuf cette hydre qui s’annonce.

error: Le contenu est protégé !!