Me Sylvain ATTO-MENSAH: « LAISSEZ LES GENS MANIFESTER DU 1er  JANVIER AU 31 DÉCEMBRE »

AccueilSociale

Me Sylvain ATTO-MENSAH: « LAISSEZ LES GENS MANIFESTER DU 1er JANVIER AU 31 DÉCEMBRE »

Le confrère Pierrot ATTIOGBE présentateur vedette de l’émission « D 12 » sur la radio pyramide FM a reçu comme invité maître Sylvain ATT

La Tribune De Semaine De Maryse QUASHIE Et Roger E. FOLIKOUE: «Serions-nous enfin rentrés dans l’ère des résultats rapides à l’issue des élections comme c’est le cas dans certains pays ?»
INSÉCURITÉ GRANDISSANTE À AKATO AVOEME : LES POPULATIONS INQUIÈTENT, RÉFLÉCHISSENT
Cité Quotidien De Maryse QUASHIE Et Roger E. FOLIKOUE: « Les mots pour dire de droit … »

Le confrère Pierrot ATTIOGBE présentateur vedette de l’émission « D 12 » sur la radio pyramide FM a reçu comme invité maître Sylvain ATTO-MENSAH et Godwin ETSE ce dimanche 11 août 2019, deux personnalités avec lesquelles il a parcouru les actualités civilo-politique de notre pays.

Maître Sylvain ATTO-MENSAH membre du conseil de l’ordre des avocats du Togo, défenseur des droits de l’homme, ancien membre de la CNDH n’est pas allé par quatre chemins face au sujet de l’actualité.

Concernant les dernières mesures restrictives des libertés de manifestations votés par le parlement togolais, l’avocat pense qu’il serait préférable de laisser les gens marcher du 1er janvier au 31 décembre s’ils le souhaitent. Selon lui, cette mesure restrictive expose l’Etat au recule des libertés dans le pays et fera parler mal de notre pays à l’international. Il renchérit en disant que c’est justement parce que les marches font du mal au pouvoir qu’il essaie de les restreindre.

Au sujet des défenseurs des droits de l’homme, l’ancien membres de la CNDH déclare qu’ils ne sont plus arrêtés dans l’exercice de leur fonction comme par le passé, mais trouve que le pouvoir les pinces soit au niveau de leur emploi, alourdit leurs charges fiscales, les rétrogradations etc..

Sur les questions relatives au passage du Togo à l’examen périodique universel, l’avocat martèle que le pouvoir discrédite la société civile, nie les faits, demande à passer à autre chose comme quoi le train de l’émergence avance. Le train de l’émergence ne peut pas avancer tant que les gens souffrent dans leurs chaires, tant que les prisons seront surpeuplés ou que les droits humains varieront selon les régions etc ajoute l’homme des droits humains. Il invite ensuite le gouvernement à laisser place aux actions plutôt qu’à des discours.

Sans justifier les braquages, l’avocat les explique par des malaises existentiels dans notre pays et trouve intolérable que des individus prennent des armes pour voler voir assassiner de paisibles citoyens. Il encourage la population à les dénoncer et que la police face son travail pour éviter des règlements de comptes.

Source ar7media.com

error: Le contenu est protégé !!