NABOUDJA BOURAÏMA : « Il est temps de faire des propositions concrètes au peuple togolais en fonction des enjeux sur le terrain. »

AccueilPolitique

NABOUDJA BOURAÏMA : « Il est temps de faire des propositions concrètes au peuple togolais en fonction des enjeux sur le terrain. »

Il faut qu'on se ressaisisse pour ne pas décourager le peuple togolais. Nous allons nous battre pour obtenir les meilleures conditions d'organisa

Dr Christian Spieker : « Notre armée togolaise devrait avoir honte quand elle voit la bravoure et le courage de l´armée malienne dans l´action »
Nouveaux véhicules de fonction pour la CENI : Pour des résultats connus d’avance ?
Godwin Tété: «JE DÉNONCE TROIS PRATIQUES DU RÉGIME RPT/UNIR VISANT À BLOQUER L’AVANCÉE DE LA DÉMOCRATIE AU TOGO.»

Il faut qu’on se ressaisisse pour
ne pas décourager le peuple togolais. Nous allons nous battre pour obtenir les meilleures conditions d’organisation des élections présidentielles avant de s’y engager. le régime est en pleine manœuvre pour décourager les togolais à ne plus parler des élections afin de nous imposer encore une fois des dirigeants qui ne reflètent pas la volonté populaire comme ce fut le cas des députés actuels.

Nous avons été piégés et des illégitimes prennent des décisions qui s’imposent à nous tous. En nous appuyant sur le message de Macron, je tiens à nous rappeler que la pression doit continuer et au même moment, mieux se préparer au moment venu pour mieux sécuriser les bureaux de vote et ne plus mettre n’importe qui dans les bureaux de vote et les celi. Si quelqu’un nous dit qu’on ne peut pas battre ce régime dans les urnes c’est archi faux. Il faut exiger d’abord une CENI technique car celle actuelle est non paritaire et ça triche l’opposition démocratique. Ensuite, il faut revoir la composition de la cour constitutionnelle. L’opposition démocratique doit se retrouver impérativement pour la proposition des candidats en tenant compte des réalités ethniques, régionales, sociologiques et que sais je encore…. Avoir un seul candidat ou deux qui refléteront les clivages ethniques pour contrecarrer le régime qui sait bien manipuler les réalités sociologiques et régionalistes. Il est temps de dire la vérité au peuple togolais. Notre pays est assis sur des braises et tout le monde a peur qu’on ne retombe si bas au lendemain de l’alternance en 2020.

Ainsi, les voix les plus autorisées sont en train de proposer une alternance politique négociée. Cependant, à défaut de l’haricot, doit- on refuser le niébé ?

Voilà la Voie qui se prépare mes frères déterminés. En RDC, pour pacifier le pays les grandes puissances ont préféré le moindre mal en déclarant Félix tchekessedi comme vainqueur des élections. Pourtant, les vrais résultats disaient autre chose. C’est le grand problème des pays où les mêmes personnes ont duré à la tête des États. Nous devons prendre notre mal en patience pour travailler en synergie sur cette piste que la France, le mal nécessaire nous propose afin de limiter les souffrances des togolais. Dans cette alternance négociée qui est envisageable pour le cas atypique du Togo, nous sommes obligés de l’accepter pour pouvoir mieux pacifier le pays et mettre sur pied des institutions Fortes et légitimes. Après 5 ans de transition politique durant lesquels nous mettrons sur pied des mécanismes crédibles pour préparer de vraies élections. Chers compatriotes, ne tombons pas dans de beaux discours pour se perdre dans les rêves utopiques. Pour mieux réussir à renverser un régime vieux de 50 ans et plus, il faut et le peuple et l’armée ou du moins une partie de l’armée avec toi. Mais notre armée n’étant pas républicaine, nos leaders aussi Puissants soient-ils, se voient dépouiller du soutien direct de l’armée qui est surveillée comme du beurre sur le feu.

Enfin, j’invite tous les leaders à se retrouver ensemble avec les responsables de la société civile et notre diaspora afin d’entreprendre les démarches nécessaires et fructueuses pour de rassurer nos partenaires internationaux et nos adversaires politiques que la lutte pour le changement n’est pas synonyme de règlement de compte mais pour relancer le pays sur de nouvelles bases. Pour finir, j’exhorte chaque togolais au moment venu d’avoir sa carte d’électeur et de comprendre que pour réussir à désarmer son adversaire politique, il faut faire du vote comme étant un devoir citoyen afin de ne plus lui donner les moyens pour justifier sa fraude et de l’obliger à négocier calmement son départ. Mes chers frères de lutte, nous sommes plus que proches de l’alternance alors mettons fin aux propos demobilisateurs et définissons les vraies stratégies pour que le moment venu que tout le peuple togolais se mobilise pour défendre sa voix dans les urnes. Il n’est pas aussi facile de frauder une élection surtout quand les leaders sont Unis à travers une mutualisation des moyens et actions.

Le peuple togolais doit continuer la pression à l’endroit des partis politiques et les obliger à dégager une stratégie pragmatique pour sortir certains militants du fantastisme émotionnel qui est en train de redonner un souffle sporadique à nos adversaires. Je reste convaincu que l’alternance ne va pas nous échapper en 2020, mais il faut appliquer la stratégie du bâton et de la carotte afin de convaincre les grandes puissances qui continuent jusqu’à nouvel ordre à nous contrôler comme les nouveaux nés.

error: Le contenu est protégé !!