Nombreux sont ces diplômés qui cherchent en vain un emploi, faute d’une formation adéquate. Quelle formation de qualité faut-il pour un bon emploi? Sika’a a tendu son micro à Ernest EGBENOU, Directeur Général de l’IFAP, un institut de formation professionnelle agréé par l’État

AccueilSocialeInterview

Nombreux sont ces diplômés qui cherchent en vain un emploi, faute d’une formation adéquate. Quelle formation de qualité faut-il pour un bon emploi? Sika’a a tendu son micro à Ernest EGBENOU, Directeur Général de l’IFAP, un institut de formation professionnelle agréé par l’État

Quelle formation pour un bon emploi? D’abord, il faut une bonne formation. Et elle doit être axée sur les besoins qui sont sur le terrain. C’est pourq

Communiqué du journal ’LIBERTÉ’ suite à la décision de suspension de la HAAC: « C’est la première fois après 15 ans d’existence, que le journal est obligé de faire tomber le rideau pendant quinze jours. »
Pour son honneur et son image, le Togo se doit de mettre définitivement fin aux arrestations et détentions arbitraires !
Sokodé, l’arbre sanitaire qui cache imparfaitement la forêt politique.

Quelle formation pour un bon emploi?

D’abord, il faut une bonne formation. Et elle doit être axée sur les besoins qui sont sur le terrain. C’est pourquoi nous à IFAP, nous n’avons que des filières qui cadrent bien avec le marché de l’emploi.

Pouvons-nous avoir une idée de ces filières?

Nous formons les étudiants en Marketing et Management des entreprises, Assistant de direction bilingue, Secrétariat bureautique, Secrétariat médical, Maintenance réseau et informatique, Comptabilité informatique, multimédia-infographie, Transport logistique. Voilà nos formations modulaires. Par ailleurs, nous donnons des formations à la carte, telle que Saari compta 100, Gestion commerciale et autres. Nous offrons aussi à nos étudiants des cours d’auto-école. C’est important.

La différence entre formation à la carte et formation modulaire?

La formation modulaire est une formation théorique et pratique de cycle court qui a une durée de 9 mois. La formation à la carte est celle d’un à trois mois qui est axée sur le domaine informatique; rien que la pratique.

Quelles sont les emplois qui sont en vogue de nos jours?

De part les expériences, nous pouvons dire que c’est l’assistance de direction bilingue  et le secrétariat médical qui marchent du côté féminin. Du côté masculin, actuellement, c’est le multimédia-infographie, la maintenance réseau informatique et le transport logistique et transit. A IFAP, nous orientons nos étudiants vers ces formations, mais en général, nous leur laissons le libre arbitre dans le choix de leur filière.

Les employeurs réclament des années d’expériences dans leurs offres. Qu’est-ce que vous faites pour contourner ce problème?

Des étudiants arrivent à IFAP après leurs études universitaires. Les formations que nous leur offrons leur permettent d’acquérir de l’expérience professionnelle. Et aussi, nous leur garantissons toujours des stages à la fin du cursus. Nous avons des entreprises partenaires chez lesquelles nous les plaçons pour l’acquisition d’expériences, et même d’emplois. Ceux qui ont douté de cela en ont été surpris après leur passage chez nous, et ils ne cessent de nous envoyer d’autres apprenants. J’accompagne moi-même nos étudiants chez les directeurs des ressources humaines ou les directeurs généraux des entreprises pour leurs entretiens de stage. Souvent, 3 à 6 mois de stage leur sont accordés avec ou sans incidences financières.

Quel cadre faut-il pour une bonne formation?

Il faut tout simplement des matériels didactiques au point, des salles de cours bien réglo. A IFAP, nos locaux sont adaptés pour chaque filière et surtout, chaque étudiant est avec sa machine.

Qu’en est-il de l’auto-emploi?

Toute bonne formation doit penser à l’auto emploi. C’est dans ce sens que nous organisons des séminaires et ateliers de formation où nous invitons des acteurs du développement. Cela permet aux étudiants de s’auto-employer, si c’est leur choix. Cela a porté et continue de porter des fruits. Sur le terrain, nous avons plein de nos étudiants qui ont réussi à mettre sur pied leur propre entreprise et emploient d’autres personnes.

Une fois l’emploi créé, certains font faillite quelques temps après.

La raison première de cet échec est liée à la personne elle-même. On a constaté que beaucoup de ces gens font faillite parce qu’au départ déjà, ils n’étaient pas prêts pour créer une entreprise. Cela est dû aussi à la bonne volonté. Si elle n’y est pas, l’entreprise ne durera pas. Il y aussi le problème financier et le manque de suivi. A IFAP, nous organisons des cours  d’entreprenariat pour permettre à nos apprenants de maitriser les techniques de faisabilité, afin d’éviter ces genres de situations. Nous les accompagnons aussi sur le terrain et la majeure partie réussit.

Il faut beaucoup d’argent pour s’inscrire à l’IFAP?

Les frais d’inscription sont abordables. Les modalités de paiement sont par tranche et sont convenables.

Un message à l’endroit de nos lecteurs

J’exhorte les gens à venir s’inscrire dans les différents modules à l’IFAP afin de s’assurer un lendemain meilleur. Les inscriptions ont commencé et se poursuivent jusqu’à la fin du mois de novembre. Chaque année, nous organisons deux rentrées; une en octobre et une autre en janvier pour permettre à ceux qui n’ont pas eu la chance de faire la première inscription à le faire. Donc la seconde rentrée se fera le 19 janvier 2019.

IFAP est un Institut de formation professionnelle qui forme les étudiants et les élèves déscolarisés. Nous sommes à Tokoin Doumassessé, non loin du marché.

Nous sommes joignables au Whatsapp: 91 43 77 00. Tel : 22 21 03 97. Email: siteinfo_@yahoo.fr

                                                            

                                                             Maurice AGBODJAN

error: Le contenu est protégé !!