Pegasus, l’un des logiciels espions les plus sophistiqués: Mouvements et associations catholiques condamnent l’espionnage de leurs leaders.

AccueilPolitique

Pegasus, l’un des logiciels espions les plus sophistiqués: Mouvements et associations catholiques condamnent l’espionnage de leurs leaders.

Le puissant logiciel espion Pegasus a été utilisé par le gouvernement togolais pour espionner le smartphone des opposants, les hommes de Dieu ainsi q

LISTE DES INDÉPENDANTS LA VOIX DES SANS VOIX AUX ÉLECTIONS LOCALES 2019: REJET DES DOSSIERS PAR LA COUR SUPRÊME
Jean Kissi : « Personne ne peut dire aujourd’hui que la crise politique est derrière nous, pas même la chef du gouvernement »
« Pourquoi Monseigneur Kpodzro me poursuit-il de sa haine ? », s’est-il interrogé.

Le puissant logiciel espion Pegasus a été utilisé par le gouvernement togolais pour espionner le smartphone des opposants, les hommes de Dieu ainsi que les proches de ces personnes.

Pour ce faire, Pegasus est régulièrement mis à jour avec des fonctionnalités pour exploiter des failles inconnues par les constructeurs, les fameuses « zero-day ». Dans certaines versions, le piratage ne requiert aucune action de la part de la victime, et tout au plus un clic sur un lien dans les versions les moins performantes. Côté utilisateur, tout est fait pour simplifier l’usage : il suffit le plus souvent d’entrer le numéro de téléphone de la cible. Ce piratage coûte tout de même quelques dizaines de milliers d’euros par tentative et n’est donc pas utilisé sur n’importe qui. Théoriquement.

PEGASUS PERMET DE VOIR LES PHOTOS ET LES MESSAGES DE LA VICTIME

Une fois l’accès obtenu, le logiciel peut aspirer les contenus de l’appareil (photo, vidéos, enregistrements) , lire les messages quel que soient les canaux utilisés, encore enregistrer la localisation de l’appareil, ou encore activer à distance le micro et la caméra de l’appareil. Le tout, sans que la victime s’en rende compte. Il s’agit donc d’un parfait outil de cyberespion, qui ouvre la porte à une longue liste d’usages abusifs.

Officiellement utilisé dans les uniques objectifs de lutte antiterroriste et contre les grands criminels, le logiciel a pourtant servi à hacker des opposants à des gouvernements, des défenseurs des droits ou encore des journalistes. 

Deux médias internationaux (Le Monde et The Guardian) ont révélé que le régime togolais a acquis un logiciel de fabrication israélienne pour écouter ses détracteurs, une partie des leaders catholiques. Plusieurs mouvements et associations catholiques dénoncent avec la dernière rigueur cette « attitude paranoïaque » du pouvoir en place et exhortent le gouvernement à répondre des accusations dont il fait l’objet dans cette affaire.

Cette révélation continue de susciter un tollé général dans le pays. Le parti Union pour la République (UNIR), le parti au pouvoir, espionne ses opposants à travers le logiciel Pégagus conçu en réalité pour lutter contre le terrorisme et la grande criminalité.

C’est ainsi que les portables de Monseigneur Benoît Alowonou, le président de la Conférence des évêques du Togo (CET) et le Père Marie-Pierre Chanel Affognon, le Directeur nationale de l’enseignement catholique et aumônier des cadres catholiques du Togo sont espionnés.

Le Mouvement des cadres catholiques du Togo (MCCATHO), le Renouveau charismatique catholique du Togo (RCC), la Fédération des organisations féminines catholiques du Togo (FOFCATO), la Fédération des associations et mouvements, le Conseil diocésain du laïcat (CDL Lomé), le Conseil de coordination de l’action catholique des jeunes (CCACJ Lomé) ont sorti une déclaration pour protester contre l’espionnage de ces deux hommes de Dieu.

Ils condamnent « donc cet acte qui viole d’une manière flagrante les dispositions de la Constitution de la République togolaise, de la loi n°2012-018 du 17 décembre 2014 sur les communications électroniques, de la loi n°2019-014, du 29 octobre 2019 relative à la protection des données à caractère personnel et aussi le secret de la direction spirituelle telle que pratiquée et conçue par l’Eglise catholique ».

Les signataires de cette déclaration en date de ce jeudi 20 août 2020, « soutiennent totalement les victimes de cette situation, particulièrement leur Père Évêque et le Père Aumônier ainsi que le tout le clergé et ils se réjouissent du caractère prophétique de l’engagement de l’Eglise à dire publiquement la vérité et à promouvoir la justice sociale en fidélité avec l’évangile et sa Doctrine sociale ».

Pour finir, ces mouvements, associations et fédérations demandent au gouvernement « de communiquer sur cette situation afin d’éclairer l’opinion nationale et internationale sur ce qui apparaît comme une atteinte grave du vivre ensemble ».

Source icilome.com

error: Le contenu est protégé !!