Politique/Soudan: Les manifestants au Soudan appellent désormais à la « chute » de la junte

AccueilPolitique

Politique/Soudan: Les manifestants au Soudan appellent désormais à la « chute » de la junte

Pour cette première nuit sans Omar Al-Bachir au pouvoir, les manifestants, regroupés devant le QG de l’armée, ont bravé le couvre-feu instauré dans

Le Mouvement « En Aucun Cas »: Préparez-vous pour dire NON à la candidature de Faure en 2020.
La cour constitutionnelle proclame Faure Gnassingbé président pour un 4ème mandat avec un score de 70,78%
ÉLECTIONS LOCALES: « POURQUOI FAUT-IL CHOISIR LA LISTE NOUVELLE DYNAMIQUE DANS KPÉLÉ 2 ? »


Pour cette première nuit sans Omar Al-Bachir au pouvoir, les manifestants, regroupés devant le QG de l’armée, ont bravé le couvre-feu instauré dans la foulée du coup d’Etat.

L’armée, au fond, s’était tenue à l’écart de la contestation. Mais une partie de ses cadres, sans parler des simples soldats, ont développé des affinités avec le mouvement. Or, avec le coup d’Etat, la situation a radicalement changé. Désormais, c’est un général qui dirige le pays et ordonne à chacun de rentrer chez soi.

Mais, pour cette première nuit sans Omar Al-Bachir au pouvoir, les manifestants regroupés devant le quartier général de l’armée soudanaise n’ont pas obtempéré. Ils ont tout de même consulté l’horloge un peu nerveusement jusqu’à 4 heures du matin, fin du couvre-feu. 

A Paris, les portes de l’ambassade soudanaise sont fermées. Pas moins de dix camions de CRS sont stationnés devant, rue Alfred-Dehodencq, dans le XVIarrondissement de Paris. C’est donc quelques mètres plus loin, au croisement avec la rue de Franqueville, que se sont rejoints, vers 15 heures ce 11 avril, une vingtaine de manifestants.

Déclaré deux jours plus tôt auprès de la préfecture de police, ce regroupement prend un tour particulier en ce jour de chute du président soudanais Omar Al-Bachir, au pouvoir depuis trente ans. Les exilés, majoritairement réfugiés politiques arrivés en France pour fuir ce régime dictatorial, regrettent, malgré les manifestations de milliers d’opposants, depuis le 19 décembre que le changement n’aille pas assez vite.

Tesko Aristo Via Le Monde

error: Le contenu est protégé !!