AccueilInterview

Pour appauvrir une nation il faut d’abord contrôler la presse et On peut torturer voire massacrer les prisonniers politiques pour faire peur à la population

Pour appauvrir une nation il faut d’abord contrôler la presse. Si on a pu contenir l’information et fait taire les médias avec ses journalistes on pe

L’évitable, mais calamiteuse, histoire d’une élection perdue en 2020
« Le leadership transformationnel » : Ouma Yana AWATE nous parle du modèle de leadership que devrait développer la femme togolaise.
TOGO : « Une minorité accapare les richesses du pays » Faure Gnassingbé, Et on ne dit rien !!!!

Pour appauvrir une nation il faut d’abord contrôler la presse. Si on a pu contenir l’information et fait taire les médias avec ses journalistes on peut contrôler la population sans problème.

Il faut une police dure, sans pitié et prête à arrêter homme, femme, enfant, élève, étudiant, pasteur, imam, bête, planteur et paysan et tous ceux qui veulent se plaindre. On peut torturer voire massacrer les prisonniers politiques pour faire peur à la population.

Il faut le maximum de prisonniers politiques dans des conditions exécrables, pitoyables et inhumaines pour donner un signal fort à ceux qui veulent protester. Il faut aussi une justice à sens unique, partiale, partisane et tribale pour pénaliser de manière sévère ceux qui vont protester ou manifester.

Il faut un recrutement massif et tribal dans l’armée pour contrôler un soulèvement ethnique et régional. Il y a des postes stratégiques du pays qui sont octroyés aux membres de sa famille, famille politique et aux gens de sa région et son ethnie pour montrer qu’on travaille pour eux mais au fond tout cela représente 1 % des bénéfices générés par le système classique.

Pour finir, il faut montrer au peuple que le pays va bien et l’économie bonne mais pour l’endormir on lui donne une pilule. La pilule est une drogue donnée au peuple pour l’endormir.

La presse partisane publie des articles positifs en faveur du régime en place. On fait des éloges au chef de l’État et de son gouvernement, le culte de la personnalité et des édifices en son nom.

On fait toujours venir des stars, vedettes, sportifs, artistes-musiciens, diplomates et les plus influents à ses côtés pour montrer que tout va bien alors qu’il y a une famine dans le pays. On construit ici et là des infrastructures pour prouver au peuple et au monde que tout va bien alors que le peuple se meurt.

Par: Ibrahim Magagi

error: Le contenu est protégé !!