Pourquoi les Africains ont-ils honte du culte de leurs ancêtres ?

AccueilCulture

Pourquoi les Africains ont-ils honte du culte de leurs ancêtres ?

L’Afrique est le berceau de l’humanité. C’est-à-dire que les Africains sont les géniteurs de tous les 7 milliards d’hommes et de femmes qui peuplent

Pourquoi Drogba utilise toujours un IPhone 6 ?
Antoine Griezmann révèle pourquoi il a quitté l’Atletico Madrid !
Football : Paul Pogba fait la une en Angleterre

L’Afrique est le berceau de l’humanité. C’est-à-dire que les Africains sont les géniteurs de tous les 7 milliards d’hommes et de femmes qui peuplent la planète terre. Sur le plan scientifique, ceci est prouvé notamment par l’ADN. La conséquence de ce lien entre l’Afrique et ses enfants éparpillés partout dans le monde est l’exportation de la pratique religieuse africaine sur toute la planète. C’est en effet la seule véritable religion universelle du monde qui n’a eu besoin d’aucun pasteur, d’aucun missionnaire, d’aucun imam pour être présente ici ou là. C’est la seule religion qui s’est rependue sur tous les continents sans un seul mot, sans une phrase de prosélytisme ou de propagande à la recherche de convertis, sans un mort, sans la moindre violence ? La religion africaine est dès lors la mère de toutes les religions, non seulement parce qu’elle est la plus ancienne, mais aussi et surtout parce que c’est celle qui résiste le mieux au temps, à l’espace et à la virulence des nouvelles religions qui ont tout fait pour l’effacer. Mais pourquoi les Africains eux-mêmes donnent-ils la fâcheuse impression d’avoir honte des croyances de leurs ancêtres ?

A- LA FAUTE DES INTELLECTUELS AFRICAINS

Dans sa pièce de théâtre publiée en 1946 intitulée: Malatesta, Henry de Montherlant (1895-1972) a écrit : “Vivent mes ennemis ! Eux du moins, ne peuvent pas me trahir”. Et Bernard Werber de renchérir disant : “Seuls vos vrais amis savent où vous frapper pour que ça fasse mal”. Le peuple africain a été trahi par ses propres intellectuels. La religion africaine a été bradée pour un bout de pain mal garni par ses propres fils présumés éclairés, supposés la protéger. Alors que l’Afrique était encore sous occupation européenne, la plupart des intellectuels africains ont mis tous leur talent à aider à pérenniser sa mise sous tutelle.

Le plus illustre d’entre eux s’appelait Léopold Sédar Senghor. Voici ce qu’il conseille en 1945 aux missionnaires catholiques pour dompter son peuple; il cite son mythe, il cite la phrase d’une circulaire écrite un siècle plutôt (1847) par le prêtre Libermann à ses missionnaires envoyés en Afrique : “soyez nègres avec les nègres afin de les gagner à Jésus-Christ”. Cette phrase des plus humiliantes et grotesques se passe de commentaire. Mais Senghor ne va pas s’arrêter en si bon chemin. Il va ajouter : ” Le rôle du catholicisme est de dégager plus nettement la personne de la famille, Dieu des ancêtres ; (…) Par le Christ, Dieu fait chair, qui empêche ainsi le Catholicisme de tomber dans l’abstraction formaliste. M. Griaule me dira que je parle en croyant et il n’aura pas tort.” Alléluia. En d’autres termes, pour Senghor, l’individualisme et l’égoïsme européens doivent remplacer la solidarité et la générosité africaine, doivent se substituer à la “famille africaine” qu’il juge comme une abstraction formaliste, c’est-à-dire une illusion, une utopie entretenue par la tradition, par le conformisme. Pour lui, un frère doit être un vrai frère biologique, un cousin doit être un vrai fils biologique de l’oncle direct ou de la tante et non cette “abstraction formaliste” africaine qu’il déteste.

Mais le plus grave c’est ce qui suit “dégager Dieu des Ancêtres” surtout lorsqu’on le met en relation avec la citation précédente de Libermann “être nègre avec les nègres”. Senghor est un homme très intelligent. Il réussit là où les missionnaires avaient toujours échoué : en prônant de dégager le Dieu chrétien des ancêtres, son idée est de faire émerger cette figure monothéiste pour remplacer en tout et pour tout, la religion des africains par celle des Européens. Il sait très bien que pour les Africains, il n’y a pas de Dieu. Les ancêtres sont leurs divinités, sont leurs Dieux. et c’est à eux qu’ils vouent leur culte. Offrir un Dieu aux Africains c’est déchoir leurs ancêtres de leur position de divinité. C’est couper la relation fusionnelle qui lie un africain avec son mort; C’est le tuer, puisqu’il cesse désormais d’être lui-même. Les Africains cessent d’être eux-mêmes sans savoir exactement ce qu’ils sont devenus. La seule chose certaine est qu’ils sont devenus dès lors très vulnérables parce qu’ils doivent attendre que le nouveau maître leur explique ce qu’ils sont, ce qu’ils seront.

C’est ce rôle que d’aucuns qualifient de “traitre”, d’autres de “bon nègre”, d’autres encore de “suppôt colonial”, ou même de “sous-préfet de la France”, que la très grande majorité d’intellectuels africains a décidé d’adopter, vue la très forte récompense que Senghor a obtenu en son temps : Président de la République. L’épilogue de la crise ivoirienne en 2011 n’est pas là pour les démentir. Ce qui fait froid dans le dos c’est d’imaginer qu’à la même époque plusieurs intellectuels africains s’étaient retrouvés à Dakar au Sénégal pour étudier comme le Docteur Félix Moumié du Cameroun de 1945 à 1947 et très probablement communiquaient avec leur frère aîné Senghor.

error: Le contenu est protégé !!