<strong>Prise en charge de malades mentaux dans Kloto 1 : De la nécessité d’étendre l’opération à d’autres communes</strong>

AccueilSociale

Prise en charge de malades mentaux dans Kloto 1 : De la nécessité d’étendre l’opération à d’autres communes

Contre la prolifération de malades mentaux dans Kpalimé, une campagne a été lancée le 2 mars dernier dans la Commune de Kloto 1. Si l’opération vi

JCI Lomé Flamboyant dans une soirée Gala de fin d’année: Fin des travaux du bureau local 2019, passation de service et envoie en mission du bureau local 2020
MMLK / NÉCESSITÉ DE REVOIR À LA BAISSE LES PRIX DES PRODUITS PÉTROLIERS À LA POMPE AU TOGO SUITE AU RÉCENT COMMUNIQUÉ DE LA BANQUE MONDIALE
2 ème édition Festival La Marmite : C’est du 26 avril au 9 mai prochain à la Foire Togo 2000

Contre la prolifération de malades mentaux dans Kpalimé, une campagne a été lancée le 2 mars dernier dans la Commune de Kloto 1.

Si l’opération vise à prendre en charge psycho-médicale ces aliénés au Centre Saint Camille de Lellis, son autre objectif est de rendre encore plus attractive une Kpalimé dont la réputation de ville touristique ne s’est jamais démentie. Aussi Winny Yawo Dogbatsè, le maire de Kloto 1 veut-il la maintenir dans cette dimension : « Kpalimé est une ville touristique pleine de malades mentaux. La récupération des malades mentaux va redonner à la ville un caractère attrayant pour attirer davantage de touristes. Il faut éviter que ces malades s’attaquent aux biens et aux personnes », a-t-il déclaré. On parle déjà de « soins sont administrés gratuitement », ainsi que l’a indiqué la responsable du Centre Saint Camille de Lellis Nathalie Nabarouna, qui en appelle au passage aux dons et autres gestes de bonnes volontés. Que Kpalimé soit truffé de gens atteints de troubles ne doit pas faire oublier que d’autres communes sont logées à la même enseigne que la Commune de Kloto 1. De fait, il n’en est aucune qui soit exempte de ces hommes et femmes dont la présence au sein de la société constitue une menace, un danger même aux honnêtes citoyens. De ces hommes et femmes qui vont souvent pieds nus, reconnaissables à leurs dreadlocks crasses et à leurs accoutrements à nuls autres pareils, il n’y a pas que la Commune de Kloto 1 qui en dispose. De ces gens qui, non contents de gueuler comme des putois, poussent le délire mental jusqu’à s’en prendre physiquement aux honnêtes gens, on en rencontre au Nord comme au Sud. Coutelas, objets tranchants de tous ordres, caillou, tout est bon pour soumettre le premier passant venu.

L’idéal serait que l’opération s’étende à d’autres communes. Cela pourra ainsi occasionner la mise en place d’hôpitaux psychiatriques qui ne sont pas vraiment légion au pays. A charge pour les autres responsables communaux d’en prendre de la graine.

Source : Journal « Le correcteur »

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0