AccueilSociale

Professeur Yao Assogba à propos du message de la Conférence des Évêques du Togo: « Or Jésus-Christ est politique parce qu’il a pris clairement position pour les pauvres, les opprimés, les « Damnés de la terre » (Frantz Fanon). »

Le message de la CET n’est émis qu’à la suite de l’interpellation des fidèles sur les réseaux sociaux. Le cri du coeur des fidèles ayant précédé l’in

La Tribune De Semaine De Maryse QUASHIE Et Roger E. FOLIKOUE: « Entendez-vous, Messieurs les ministres ! Et la terreur créée par les patrouilles qui molestent les citoyens pratiquement en plein jour, crise ou pas crise ? »
Enfants de « Compassion Dei » aux abois : Elisabeth Apampa lance une bouteille à la mer
Quand la loterie devient une source de revenu pour les Togolais, le saviez-vous?

Le message de la CET n’est émis qu’à la suite de l’interpellation des fidèles sur les réseaux sociaux. Le cri du coeur des fidèles ayant précédé l’intervention de la CET, cette dernière était obligée d’émettre un message de justification du silence manifeste de leurs Évêques. Pour « se racheter », la partie justificatrice du message aurait pu être complétée par un parti pris clairement exprimé en faveur du peuple togolais opprimé qui aspire depuis bien longtemps à la liberté, maîtresse de toutes les meilleures conditions de vie totale des êtres humains.


Or Jésus-Christ est politique parce qu’il a pris clairement position pour les pauvres, les opprimés, les « Damnés de la terre » (Frantz Fanon). Le théologien sous « l’arbre », Jean-Marc Ela (JME 1936-2008), Camerounais, lit le livre de l’Exode en rapport avec Lc. 4, 16-26 en soulignant que Jésus accomplit le message de la libération de Dieu en faveur de son peuple à travers son option pour les pauvres au temple de Nazareth.


Les Évêques, successeurs des Apôtres envoyés par Jésus de Nazareth pour annoncer l’Évangile, sont, les premiers appelés à affirmer le « caractère subversif » de l’Évangile. Pour le théologien sous « l’arbre » cette expression signifie qu’il faut prendre l’Évangile au sérieux dans le sens où il est un message devant lequel les Évêques ne doivent rester neutres Tous doivent choisir de se conformer à sa parole et à l’exemple de Jésus qui n’a pas tergiversé devant la situation des plus petits, soumis aux fardeaux des lois de toutes sortes de misères qui font d’eux des pauvresi. C’est le parti pris sans tergiversation et avec courage de Son Excellence, l’Archevêque émérite Philippe Fanoko Kpodzro. Suivant l’exemple de Jésus de Nazareth, Mgr Kpodzro a pris position sans peur en faveur du peuple togolais opprimé. Puisse la CET « prendre l’Évangile au sérieux » comme Mgr Kpodzro, l’Apôtre des gens « d’en bas » au Togo !


Le respect de la dignité de la personne est aussi le fondement du christianisme. Il date du 1er siècle par l’émergence de l’idée de « personne », à partir du moment où Saint Paul a réprimandé Saint Pierre alors que ce dernier, voyant arriver les Juifs, avait cru devoir s’éloigner d’un groupe de Gentils (païens) avec lesquels il était attablé. (Épître de Saint Paul aux Galates). En disant que les Gentils et les Juifs pouvaient manger à la même table, Saint Paul a lancé l’idée que tous les humains sont les uns et les autres tout autant porteurs de la dignité humaine.


À partir de là, est née une morale fondée sur un interdit unique : ne pas faire ce qui nuit à autrui ; ne pas blesser la dignité de l’autre ; reconnaître l’égale valeur de tous. Les conditions de pauvreté, de misère, d’oppression et de privation de la liberté dans lesquelles vivent les populations togolaises depuis 53 ans sont les plus ignobles atteintes à leur dignité humaine. Certes, la dignité n’a pas toujours prévalu dans la réalité, mais l’individu a toujours eu le sens de la défense de sa dignité. Voilà une autre raison importante pour que les Évêques du Togo, successeurs des Apôtres envoyés par Jésus de Nazareth, prennent l’Évangile au sérieux en s’engageant résolument dans la lutte pour le respect de la dignité humaine au Togo.

error: Le contenu est protégé !!