Prorogation de l’état d’urgence au Togo: Quand le pouvoir aboulique consacre le pilotage automatique.

AccueilPolitique

Prorogation de l’état d’urgence au Togo: Quand le pouvoir aboulique consacre le pilotage automatique.

Sans gêne aucune, le pouvoir de Gnassingbé Faure s'est adressé mardi 15 septembre à son Assemblée nationale « godillot » pour légaliser laprorogation

Imposition de passe vaccinal dans les lieux de culte: « Le gouvernement doit revoir sa copie et adopter des mesures à la hauteur de la crise »
Malgré l’installation du câble sous-marin « Equiano » de Google : Le haut débit togolais pose question
CEDEAO : « Encore une occasion manquée » Dixit Francis Pédro AMUZUN

Sans gêne aucune, le pouvoir de Gnassingbé Faure s’est adressé mardi 15 septembre à son Assemblée nationale « godillot » pour légaliser la
prorogation de la loi d’habilitation et de l’état d’urgence sanitaire pour six nouveaux mois. La loi portant prorogation du délai d’habilitation du gouvernement par ordonnances les mesures relevant du domaine de la loi
remplace celle votée le 30 mars dernier et qui prend fin le mardi 15 septembre.

Elle autorise le gouvernement à prendre par ordonnances les mesures
relevant du domaine de la loi, aux fins de lutter contre la propagation du coronavirus et protéger la population des risques de contamination, pour un délai de six (06) mois, à compter du 16 septembre.


A cette période, les ordonnances qui seront prises en Conseil des ministres, après avis de la Cour constitutionnelle, feront l’objet de projets de loi de
ratification. La seconde loi autorise le Gouvernement à proroger l’état d’urgence sanitaire pour une période de six (06) mois.

« Par cette prorogation, le gouvernement avec tous les acteurs disposent 180 jours pour protéger davantage les patriotes, protéger leur emploi, leur pouvoir d’emploi, sauvegarder le parcours scolaire des enfants. 180 jours pour réinventer notre façon de vivre en poursuivant notre développement
économique et social » a annoncé le Premier ministre Sélom Klassou. La pratique parlementaire observée répond à l’article 86 de la constitution de la République. Elle a permis à la représentation de témoigner de sa volonté à accompagner le gouvernement pour poursuivre la riposte à la Covid-19.

« Durant cette nouvelle période d’habilitation, l’institution parlementaire peut recueillir toute information en vue du contrôle et de l’évaluation des mesures sans oublier les conséquences sanitaires qui en découlent » a déclaré Yawa Tsegan, Présidente de l’Assemblée Nationale. Par négligences et rafistolage irréfléchis, la route Lomé-Vogan-Anfoin finalement un tombeau ouvert.


Le pouvoir aboulique consacre le pilotage automatique


La prorogation de l’état d’urgence est justifiée selon le gouvernement par la situation alarmante et préoccupante de la pandémie à Coronavirus auTogo.
De 36 cas en mars au moment de la prise du premier décret d’état d’urgence sanitaire, le Togo enregistre plus de 1600 cas confirmés et 40 décès aujourd’hui. Curieusement, la situation n’est pas différente dans les autres pays mais l’étape d’état d’urgence est passée.


Dans les autres pays, on est plutôt à la phase active des mesures d’envergure pour faire face au système sanitaire en général. Le Togo constitue à ce jour l’exception dans la sous région. C’est un pays où tout est
au ralenti. Au sortir de la présidentielle du 22 février, un nouveau gouvernement est attendu depuis lors. Le pays avant était sous anesthésie. Mais par cette crise sanitaire, il est plutôt comateux. Lorsque dans cette situation, Sélom Klassou avance que l’état d’urgence vise à protéger les patriotes, leur emploi et leur pouvoir d’emploi, on se demande s’il vit vraiment dans ce rectangle de pays. Combien sont ils ces Togolais licenciés dans leur service pour cause de coronavirus? Comment sont-ils avec davantage de pouvoir d’achat érodé. Que de mensonges alignés !Au fond, Klassou profite plutôt de la situation pour voir proroger son bail à la Primature malgré la léthargie maladive du pays.


Il est clair que Gnassingbé Faure ne porte aucunement de vision pour ce
pays. Il règne au lieu de gérer le pays. Rien n’explique cette pagaille ambiante surtout que rien de concret ne se fait pour améliorer le système sanitaire défaillant.


A ce jour, aucun des scanners promis, tambour battant au début de cette crise n’a été acquis. On enregistre davantage de morts. En face, l’enfant de Eyadema ne connaît que l’état d’urgence pour consacrer le pilotage automatique du pays.Assez finalement !


Source: Journal Le Correcteur





error: Le contenu est protégé !!