Ras Sankara Agboka: « SOUDAN PLEURE, Comme toujours en Afrique, Comme toujours l’armée en Afrique  la force des bottes parlent le peuple soudanais pleure  Peuple martyrisé… »

AccueilSociale

Ras Sankara Agboka: « SOUDAN PLEURE, Comme toujours en Afrique, Comme toujours l’armée en Afrique la force des bottes parlent le peuple soudanais pleure Peuple martyrisé… »

Retrouver sur les réseaux sociaux ce test se scène de l'artiste sculpteur et slameur Ras Sankara Agboka qui par des conditions de l'Afrique. Car

COVID-19: Le Mouvement Patriotes Togolais entre dans la danse de la sensibilisation contre la propagation de la pandémie.
Ange Gbetsogbe salue la mémoire de Martin Luther King et remercie le MMLK du Togo.
Fovi Katakou: « Le chantier des plus grands édifices se présente toujours sous forme du chaos. »

Retrouver sur les réseaux sociaux ce test se scène de l’artiste sculpteur et slameur Ras Sankara Agboka qui par des conditions de l’Afrique.
Car l’étude des armées en Afrique ne peut être appréhendée globalement.

Dans le champ du politique et dans de nombreux pays africains, les armées sont souvent présentes sur le devant de la scène : soit pour s’emparer du pouvoir par les armes, et ce aux dépens des urnes ; soit pour apporter une réponse à des blocages politiques ou à des crises post-électorales ; soit comme arbitre, en jouant un rôle dans la neutralisation des affrontements entre des mouvements populaires et citoyens et les pouvoirs autoritaires en place. Sans compter les régimes militaires ou les régimes politiques dominés, officiellement ou non, par des militaires, d’anciens militaires, des gardes présidentielles. Il importait donc de contextualiser les différentes places des armées dans les pays africains.

Depuis les indépendances, 85 % des pays africains ont été touchés par des coups d’État. Et seuls deux pays (Afrique du Sud et Namibie) n’ont pas connu de régime militaire. Le défi réside alors dans la professionnalisation des armées, dont les enjeux sociaux, économiques, mais surtout politiques avec la subordination à l’autorité civile, sont essentiels. C’est particulièrement vrai dans les pays où des milices armées ou des groupes de libération nationale sont arrivés au pouvoir par les armes, comme en Éthiopie, en Érythrée, au Soudan du Sud, au Tchad, au Burundi, au Rwanda, etc.

Les anciens hommes en armes, considérés comme « rebelles » par les entités politiques qu’ils ont renversés, mettent en place des régimes autoritaires, participant davantage que les autres aux opérations de maintien de la paix. Du coup, en devenant indispensables à la résolution des conflits sur le continent, ces régimes forts ne soulèvent que peu de critiques de la part de leurs partenaires internationaux et accroissent leur emprise sur la vie politique et économique de leur pays.

Lire le test de Ras Sankara Agboka

SOUDAN PLEURE..
Comme toujours en Afrique 
Comme toujours l’armée en Afrique 
La force des bottes parlent 
Le peuple soudanais pleure 
Peuple martyrisé..
On viol les femmes. 
Les corps habillés tirent. 
Le sang des innocents coulent ….
Ici c’es SOUDAN…

Les manifestants hantés par la répression meurtrière ….
Silence il ya intérêt …. de l’Europe et pays du golfe 
Le sang des martyrs … chantent ..
Carnage des militaires … résonnent….
Conseils militaires ou milices armées ????
Le peuple soudanais mérit une transition par des civils consciences 
dans le calme.Que le Conseil militaire prenne la responsabilité des violences meurtrières qu’une enquête internationale soit lancée et que les prisonniers politiques soient libérés.
Justice pour soudan 
Justice

SOUDAN PLEURE
SOUDAN PLEURE

Une création en hommage du peuples soudanais /perfomance /installation ( SOUDAN PLEURE ) 

Tesko Aristo

error: Le contenu est protégé !!