Reckya Madougou et les députés nommés

AccueilPolitique

Reckya Madougou et les députés nommés

Les élections législatives du 20 décembre 2018 ont été boudées par les forces démocratiques. L’absence de l’opposition traditionnelle à l’Assemblée N

Halas, Mgr Barrigah-Benissan rejette toutes les accusations portées contre lui par la Dynamique Mgr Kpodzro
Dr Gabriel Agbéyomé Kodjo en danger de mort !
Corruption et détournement l’autre avatar, La soldatesque comme moyen de conservation du pouvoir, Le mal profond du Togo

Les élections législatives du 20 décembre 2018 ont été boudées par les forces démocratiques. L’absence de l’opposition traditionnelle à l’Assemblée Nationale togolaise a fait disparaitre les débats de fond. Pour certains observateurs, ce sont des députés choisis et nommés par le pouvoir pour en faire une Assemblée monocolore. Presque dans les mêmes conditions, le Président Patrice Talon du Bénin qui a horreur de la contradiction comme son homologue togolais, a poussé ses adversaires politiques dehors pour installer aussi une Assemblée monocolore. Et les députés nommés s’illustrent aussi drôlement dans l’histoire de parrainage des candidats à la Présidentielle du 21 mars prochain.

« Tout le monde aura compris que les députés nommés de l’UP (Union Progressiste) donnent dans la distraction. Ils demandent encore une capture d’écran alors qu’il y a eu mieux que capture d’écran : le témoignage
à visage découvert de deux de leurs collègues (l’un qu’ils ont eux mêmes
cité parce qu’il a eu le courage de prononcer mon nom au Président Talon
et en leur présence et le second dans des interviews publics). D’ailleurs si
leurs manœuvres ne sont pas mises à nu, pourquoi initient-ils délégations
sur délégations auprès de l’honorable Souwi pour tenter de lui faire changer sa déclaration?

Mes captures d’écran au besoin sont destinées à la justice, pas aux députés nommés de l’UP. Ils connaissent bien ceux d’entre eux qui épousent mon idéal pour notre pays et sont avec moi. Ils savent aussi ce qu’ils font subir en ce moment à ces derniers pour les faire craquer.
Certains d’entre eux vivent une forme de séquestration qui ne dit pas son
nom pour les empêcher de parler, de se déplacer. J’accumule tout. J’agirai » c’est le coup de gueule de Reckya Madougou à leur endroit pour avoir refusé de lui accorder le parrainage. Comble de malheur la candidate recalée Madougou était conseillère spéciale de Faure Gnassingbé lorsqu’il mettait en place l’Assemblée nationale monocolore.
La démocratie reste la clé de la pluralité d’opinion sans acrobatie indigeste.

Source: Journal « Le Correcteur » N° 976

error: Le contenu est protégé !!