Togo-Affaire CAMES:  Après les sanctions du CAMES,  loin d’être la fin  pour « plagiat et du favoritisme », Pourquoi faire condamner par le tribunal de kara le Prof. Pagnou Sassou le 20 janvier prochain ?

AccueilSociale

Togo-Affaire CAMES: Après les sanctions du CAMES, loin d’être la fin pour « plagiat et du favoritisme », Pourquoi faire condamner par le tribunal de kara le Prof. Pagnou Sassou le 20 janvier prochain ?

L'injustice est une qualité liée à l'injustice ou à des résultats non mérités. Le terme peut être appliqué en référence à un événement ou une situa

Éducation/Syndicat : Une plainte de la CSET en cours contre X
Déclaration du Front Citoyen « Togo Debout » à la fin de la marche du 03 novembre 2018: Les Togolais sont sortis pour les réformes et non pour des élections. C’est pourquoi, nous réaffirmons ici qu’il n’y aura pas d’élections dans notre pays sans les réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales
La Tribune De La Semaine De Maryse QUASHIE Et Roger E. FOLIKOUE: « Il est temps que chacun fasse sa part et ne cherche pas à trouver la source de son silence et de son inaction chez tel ou tel autre. »

L’injustice est une qualité liée à l’injustice ou à des résultats non mérités. Le terme peut être appliqué en référence à un événement ou une situation particulière, ou à un statu quo plus large.

Lutter contre linjustice, qui ne serait pas contre ? 

Le Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur (CAMES) est au centre des débats d’essence procédurale. Des professeurs agrégés, titulaires de chaire du Togo, du Bénin et de la Côte d’Ivoire sont en effet accusés d’avoir « manqué à leur devoir éthique ». Les mis en cause avaient été convoqués le 16 avril dernier à comparaître devant la Commission de l’éthique et de déontologie (CED).

Depuis le 16 avril 2019, nous savons que cinq(05) professeurs de l’université devraient se présenter devant la commission d’éthique et de déontologie du CAMES. Il s’agit entre autres de Dodzi Kokoro, président de l’université de Lomé, du professeur Robert Dussey, ministre des affaires étrangères du Togo, du professeur Adama Kpodar et deux autres. Ces derniers sont poursuivis pour plagiat et du favoritisme dans l’exercice de leurs fonctions. En clair, ils seraient à l’origine de l’échec de certains professeurs dans leur carrière au concours d’agrégation.

Pourquoi non seulement le silence des universitaires du Togo après les sanctions du CAMES mais plus encore leur silence sur l acharnement de certains respobsables, d ailleurs sanctionnés, sur Mr faire condamner par le tribunal de kara ? pour le faire condamner par le tribunal de kara ?

Les universités du Togo, vrais temples du savoir ?

Dans le système éducatif d un pays, l université est le lieu de production et de diffusion du savoir.
Le savoir doit conduire à un savoir être et à un savoir devenir .
L université vise donc entre autres deux missions :
-Enseigner, transmettre le savoir
-Produire et diffuser le savoir .

La production du savoir, afin de le diffuser, est liée à l existence des conditions matérielles pour les recherches. Celles-ci manquent dans les universités publiques du Togo. Il y a certes des compétences qui existent mais pas assez de conditions pour rendre effectif ce qui est possiblel.

Et parce que tout savoir donne un pouvoir on est en droit d attendre des universitaires des réactions pour éclairer l opinion publique

Mais on a du mal à comprendre dans notre pays pourquoi les universitaires se font remarquer par leur silence dans l analyse critique des problèmes de la cité ?

Pourquoi les univesitaires ne sont pas suffisamment présents dans l espace public pour éclairer la population ?

Et quand ils doivent le faire souvent cela ressemble à la posture d universitaires alimentaires.
Comment un chercheur peut il être libre pour conduire un débat et en même temps être esclave d un système politique existant ?

A regarder de près et en tenant compte des différents éléments d observation, on peut dire que le dispositif qui maintient les universitaires dans la situation d esclaves consentants, selon les mots de La Boetie, sont de deux ordres :
-La recherche effrénée de poste.

  • La recherche de l argent.

On pourrait dire que ces deux éléments traduisent le désir de tout être humain d avoir des ambitions.
Mais quand l ambition a pour finalité simplement encore l ambition, elle devient très dangereuse car elle ne mène nulle part en dehors du culte de la personnalité et de la délation .
On peut se demander dès lors quelle est la finalité de l ambition de nos universitaires ?
La recherche de poste pour poste dans la société ne peut pas conduire à une influence positive du savoir dans la cité.
Et s installer ainsi dans des pratiques douteuses fait des universitaires des conservateurs de l ordre etabli et jamais des innovateurs, car le désir de plaire au régime en place prend le dessus sur des pratiques nouvelles et contestataires.
Car l événement de l innovation dépend toujours de la remise en question de l ordre établi qui veut perdurer.

Ainsi sur certains sujets, les attitudes des universitaires togolais posent de serieux problèmes :
-Affaire SRI à la Fac de medecine. Une louche affaire qui n a jamais été élucidée et pourtant….

  • Affaire dossier du Cames transmis par la DAAS à d’autres collègues à la Fac de droit.
  • Affaire faux et usage de faux dans le dossier Cames.
    Si les universitaires font du faux et usage de faux, que transmettent ils comme valeur à la jeunesse ? Aucune sanction ni disciplinaire ni judiciaire n a été prise.
  • Affaire sanctions du Cames contre le président de l Ul et le vice président de l UK depuis le 31 mai 2019 à Cotonou.
  • Affaire de non-ouverture de l antenne de radio à ISICA sur le campus.
  • Affaire de l’élection du président et non nomination.
  • Affaire sur les revendications legitimes des enseignants.
    -Affaire sur le
    franc Cfa qui est devenue une affaire publique et sous régionale.
    La liste sera très longue
    Si on veût tout énumérer.

Sur tous ces sujets, il y a silence et les rares contestations n aboutissent pas.

S il est vrai que tout savoir donne un pouvoir, il est aussi vrai que tout pouvoir ne provient pas d une position éclairée par un savoir. Et quand le temple du savoir devient le domaine des pouvoirs qui ne proviennent pas de savoir mais des intérêts inavoués et égoïstes
, on ne doit pas être étonné de l état de deliquescence d une société où les savants sont des thuriféraires de l ordre établi.

Dans quel pays au monde, les responsables d institution éducative, la plus élevée, sont sanctionnés pour des raisons de manquement grave à l’éthique et restent encore en place sans aucune gène et aucune protestation du corps enseignant ?

Dans un tel contexte quelle est la crédibilité de nos universitaires qui ont choisi le silence comme seul mode d exister ?

Si l adage dit que le silence est d or, la réalité nous enseigne aussi que tout silence n est pas d or. Il existe bel et bien des silences coupables et complices.
Et si nos universitaires continuent à garder le silence on peut se demander alors s ils ne sont pas coupables et complices ?
Être un intellectuel n est ce pas aussi et d’abord avoir l exigence de l l honnêteté, du recul nécessaire à l analyse ?

j’interpelle le gouvernement, la justice togolaise pour revaloriser le droit et le bon sens dans notre pays.

j’interpelle le gouvernement pour revaloriser Dr Christian Trimua, le ministre des Droits de l’homme chargé des relations avec les Institutions de la République. Titulaire d’un Doctorat en droit public, d’un Master/DEA en droit public général  avec ces qualités en droit de prendre position dans l’affaire CAMES au Togo qui est encore d’actualité au Togo et qui va faire condamner par le tribunal de kara le Prof. Pagnou Sassou le 20 janvier prochain ?

j’interpelle le gouvernement M. Kokouvi Pius AGBETOMEY comme garde des sceaux, ministre de la justice et des relations avec les institutions de la République de faire à ce que l’injustice ne domine pas dans l’affaire CAMES au tribunal de kara le 20 janvier prochain ?

error: Le contenu est protégé !!