Togo: Le PSR lance le « droit pour tous »

AccueilPolitique

Togo: Le PSR lance le « droit pour tous »

« Que le droit soit enseigné dans toutes les écoles depuis le collège, puis plus tard, à l’école primaire ». C’était l’un des projets de société décl

Marche du PNP le 13 avril prochain : Les itinéraires enfin connus
Élection présidentielle en France : Pourquoi la CEDEAO n’envoie t-elle pas des observateurs ?
LA DÉMOCRATIE DIRECT ET LES REFERENDUMS: BON OUTIL DE DÉMOCRATIE OU ARME DANGEREUSE ???

« Que le droit soit enseigné dans toutes les écoles depuis le collège, puis plus tard, à l’école primaire ». C’était l’un des projets de société décliné par le leader du Pacte socialiste pour le renouveau (PSR), Prof Komi Wolou lors de la campagne électorale comptant pour la présidentielle du 22 février dernier. Bien plus qu’une promesse électorale, le parti lance le projet « Droit pour tous » ce mercredi 10 juin à Lomé.

L’initiative, selon le parti, vise à rendre « la connaissance juridique disponible pour tous, en l’enseignant dans un langage élémentaire accessible à tous les Togolais, sans distinction sociale ».

En conférence de presse mercredi, le Prof Komi Wolou a indiqué que le projet « Droit pour tous » s’inscrit dans la droite ligne de sa mission de formation et d’éducation de la masse qui incombe aux partis politiques.

A l’en croire, il s’agira de « doter tous les Togolais des connaissances dans leur vie quotidienne dans la sphère personnelle, privée, mais aussi leur permettre de participer de façon plus pertinente à la vie publique ».

Ainsi pour y parvenir, le PSR se donne comme moyens à mettre en œuvre : Les réseaux sociaux. En effet, les cours préalablement réalisés en support audio, seront accessibles chaque semaine sur une plateforme qui sera créée pour l’occasion.

Des groupes d’environ 50 personnes seront créés et animés par un encadreur, titulaire au moins d’une licence en droit qui aura pour mission de répondre aux questions des apprenants, les suivre dans la résolution des exercices qui leur seront proposés, a expliqué le Secrétaire national du parti.

Et d’ajouter : « C’est au sein de ces petits groupes que se feront aussi les évaluations. Les questions et préoccupations les plus importantes des apprenants peuvent être traités si nécessaire sur la plateforme générale ».

Par ailleurs, les sujets d’enseignements porteront sur la famille, les successions, les droits de l’homme, les droits et devoirs des citoyens, la démocratie, et bien d’autres.

Les recrutements se feront « sans considération d’appartenance politique », qu’il s’agisse des apprenants ou des enseignants dans le cadre du projet.

Aussi, informe le Prof Komi Wolou, les contributions financières dans le cadre du programme sont volontaires, mais la délivrance des attestations pourraient être subordonnée à une contribution qui, selon lui, s’élèvera à 1000 francs CFA.

De plus, il a souligné que l’élaboration des enseignants et l’encadrement des apprenants se feront essentiellement sur la base du bénévolat. Cependant, les frais occasionnés peuvent être indemnisés.

Pour information, six commissions sont à pieds d’œuvre pour le démarrage des cours projeté dans la première quinzaine du mois de juillet.

A noter que la formation politique du Prof Komi Wolou envisage la dispensation des cours en langues locales 6 mois après le démarrage du projet.

Source: icilome.com

error: Le contenu est protégé !!