TOGO :  LES CONSÉQUENCES FACHEUSES DE LA FERMETURE DES FRONTIÈRES NIGÉRIANE AVEC SES VOISINS S’AGGRAVENT

AccueilSociale

TOGO : LES CONSÉQUENCES FACHEUSES DE LA FERMETURE DES FRONTIÈRES NIGÉRIANE AVEC SES VOISINS S’AGGRAVENT

La toute première conséquence de cette fermeture de frontières reste la flambée des prix sur les produits pétroliers au Togo. Beaucoup de togola

COVID-19: Des concitoyennes résidants au Liban à bord du Vol Ethiopian Airlines en route pour rejoindre la terre de nos aïeux.
Coronavirus : Michel Gohou, annonce un don au village SOS…
Afrique du Sud – Décès de Zindzi Mandela-Hlongwane, la fille du feu président Nelson Mandela

La toute première conséquence de cette fermeture de frontières reste la flambée des prix sur les produits pétroliers au Togo.

Beaucoup de togolais sont parfois obligés de pousser leur engin à deux roues ou carrément garer sa voiture pour louer un taxi moto à la recherche de l’or noir.

Au niveau des feux tricolores, beaucoup de conducteurs préfèrent couper le contact provisoirement en attendant le feu vert.

La loi de l’offre et de la demande s’applique. Les prix montent. Par endroit le litre de super sans plomb atteint 900frs CFA, chiffre relatif au carburant issu de contrebande.

Pour une fois, le gouvernement togolais n’a pas augmenté les prix à la pompe. Bonne nouvelle.

Les Chefs d’Etat du Nigeria et du Bénin se sont entretenus, dernièrement à Yokohama au Japon, en marge de la 7e édition de la TICAD. L’occasion pour Muhammadu Buhari d’expliquer à Patrice Talon, les raisons qui ont poussé le Nigeria à fermer provisoirement et partiellement ses frontières avec le Bénin.
On en sait désormais un peu plus sur les raisons qui ont poussé les autorités nigérianes à fermer provisoirement et partiellement plusieurs points de passage frontalier avec le Bénin, depuis le mardi 20 août. En marge de la 7e édition de la TICAD qui se tient du 28 au 30 Aoùt à Yokohama au Japon, le président Buhari et son homologue du Bénin, Patrice Talon, se sont entretenus mercredi dans la ville côtière pour évoquer la question.

Contrairement aux spéculations qui ont été diffusées depuis la fermeture notamment du stratégique poste frontalier de Sémé, le président nigérian a indiqué que cette décision fait suite aux activités massives de contrebande, en particulier de riz, qui ont lieu sur ce corridor. Selon Buhari, ces importations massives et frauduleuses depuis le Bénin ont de répercussions négatives sur le programme d’autosuffisance en matière de production de riz que son pays a atteint grâce à la stratégie mise en œuvre ces dernières années par le gouvernement fédéral.

«Aujourd’hui que nos populations rurales sont retournées dans leurs fermes agricoles pour rehausser notre production, ce qui a permis à notre pays d’économiser d’énormes sommes d’argents qui auraient autrement été dépensés pour importer du riz en utilisant nos rares réserves étrangères, nous ne pouvons pas permettre la contrebande de ces produits agricoles dans des proportions aussi alarmantes», a expliqué Muhammadu Buhari à Patrice Talon.

Le président nigérian a expliqué que cette décision de fermeture partielle et temporaire de frontière entre les deux pays vise à permettre aux forces de sécurité nigérianes «de développer une stratégie sur la façon d’endiguer l’exportation frauduleuse des produits agricoles à travers la frontière nigériane».

Le Nigeria a mis en garde et à plusieurs reprises ses voisins de fermer la frontière en raison de la contrebande de riz en destination du Nigeria. Cette fois, et sans avertir officiellement les autorités des deux pays, il est passé à l’action, car plusieurs postes frontaliers du Niger ont aussi été touchés par cette fermeture temporaire et provisoire, ce qui a provoqué une flambée des prix de plusieurs produits de première nécessité dans les deux voisins du géant africain. Une mauvaise passe pour les économies du Niger et du Bénin qui dépendent en grande partie des exportations vers le marché nigérian.

Par Yawo KLOUSSE

error: Le contenu est protégé !!