Victoire Tomégah-Dogbé et les 100 jours de gouvernance Au-delà des paroles, mettre les bouchées double

AccueilPolitique

Victoire Tomégah-Dogbé et les 100 jours de gouvernance Au-delà des paroles, mettre les bouchées double

Les Togolais ont tant soit peu suivi l'intervention de la cheffe du gouvernement Victoire Tomégah-Dogbé le 15 janvier dernier sur la télévision natio

La C14 demande au pouvoir togolais de retrouver le sens de la raison et demande à la communauté internationale d’user de son influence pour permettre au peuple togolais de jouir de sa liberté
La coalition ADDI – CDPA – DSA – FDR – LES DÉMOCRATES – PSR – UDS TOGO Relatif aux réformes constitutionnelles et institutionnelles : «Tous mobilisés pour l’alternance au plus tard en 2020.»
Leader invisible: Que retenir de ce discours audio de Tikpi Atchadam ?

Les Togolais ont tant soit peu suivi l’intervention de la cheffe du gouvernement Victoire Tomégah-Dogbé le 15 janvier dernier sur la télévision nationale. C’était une occasion pour la Première ministre de faire un bilan des cent jours qu’elle a passés à la tête de l’équipe gouvernementale.

A l’issue de son passage, on n’a pas plus été séduit qu’au début de son
magistère. De fait, 100 jours, c’est bien trop peu pour déjà penser à faire
quelque bilan que ce soit. Mais au-delà des déclarations à effet faites déjà
sur la même chaîne par l’ancienne ministre du Développement à la base,
on a plutôt le triste sentiment que l’intéressée veut danser et s’apprécier
tout à la fois. La logique voudrait qu’elle prenne rendez-vous pour un an
après sa prise de fonction, comme cela, chacun sera situé sur ce qui a
été fait et ce qu’il reste à faire.


Mais commencer déjà par égrener des réformettes (la dématérialisation du casier judiciaire ou encore la gratuité des frais d’accouchement) comme autant de projets réalisés a comme un air de propagande. C’est un moulinet médiatique qui n’a d’ailleurs pas impressionné les téléspectateurs. A bon vin, point d’enseigne, dit le dicton.
Après au moins un an, bien des Togolais sauront si lla cheffe du gouvernement et son gouvernement ont été à la hauteur des attentes des
populations aujourd’hui plus désargentées que jamais. Qui mieux est, la
réalisation des réformes annoncées, qui vont du renforcement de l’inclusion sociale et l’harmonie sociale à la dynamisation du secteur d’emploi, en passant par la consolidation de la paix, ne prendront corps que quand la volonté politique sera le bon sens le mieux partagé des autorités elles mêmes. Autrement, on en serait à toujours se contenter de la réalisation de petits projets qui n’auront aucun impact sur le vécu des pauvres Togolais. Oui à la volonté politique, non à la propagande.

error: Le contenu est protégé !!