Xénophobie en Afrique du Sud: ADF- TOGO condamne cette violence.

AccueilSociale

Xénophobie en Afrique du Sud: ADF- TOGO condamne cette violence.

Si le président Ramaphosa juge « inacceptables » les attaques contre les étrangers, institutions, gouvernements et société civile africaine s'élèvent

Pénurie de carburant au Togo: Risque de perturbation dans certains services
ÉDUCATION: BAWARA arrache deux milliards des primes des enseignants pour la caisse de l’État.
Covid-19 : Didier Drogba en colère contre des experts blancs qui traitent les Africains comme des cobayes

Si le président Ramaphosa juge « inacceptables » les attaques contre les étrangers, institutions, gouvernements et société civile africaine s’élèvent contre les manquements du gouvernement.

Les images tournent en boucle sur les réseaux sociaux. FacebookTwitter, Whatsapp en sont envahis. Toujours les mêmes scènes montrant des personnes ou des étrangers, comme on les appelle en Afrique du Sud, poursuivies par leurs bourreaux, attaquées par les flammes, brûlées et laissées pour morts. Quand la victime espère s’en sortir, les blessures infligées sont si profondes que les cicatrices deviennent des marques indélébiles. Tout a commencé dimanche 1er septembre. Les chauffeurs routiers qui dénoncent la forte présence de travailleurs étrangers venus du Mozambique, de la Zambie et du Zimbabwe dans leur branche professionnelle ont commencé à débrayer en bloquant les routes dans plusieurs régions, comme le KwaZulu-Natal, la province du Cap ou encore le centre de Johannesburg. Puis tout a dégénéré. Des centaines de personnes armées de gourdins et de pierres auraient incendié et pillé de nombreux magasins, souvent tenus par des commerçants étrangers, notamment des Nigérians.

Pour se prononcer suite aux actes de xénophobie en Afrique du Sud ces derniers temps, le Forum Africain de la Diaspora, en anglais Africain Diaspora Forum ADF-TOGO a, à travers une conférence de presse tenue ce 20 septembre à Lomé,condamné ces violences.

L’ADF a ensuite invité les Chefs d’Etats Africains à se prononcer sur ses violences xénophobes. L’hôtel Eda Oba a servi de cadre pour la tenue de cette conférence de presse.

Au cours de la rencontre, plusieurs communautés présentes au Togo et ayant participé à la conférence de presse, ont par la voix de leur président condamné tour à tour ces violences xénophobes qui ont fait des morts et d’importants dégâts matériels en Afrique du Sud. Il s’agit des communautés nigériane, malienne, congolaise, béninoise et bien d’autres .

Selon Dabur Amos président de l’ADF,  » cette situation de xénophobie en Afrique du Sud n’honore pas le continent Africain « 

Il continue en assurant :  » Nous allons déposer une plainte contre l’Afrique du Sud « , tout en interpellant les Chefs d’État Africains  » à une réaction le plus tôt que possible afin que la situation ne se pourrisse  »

error: Le contenu est protégé !!